The Walking Dead : dans sa version non censurée, Negan est le roi du "Fuck"

Ce n'est pas donné à tout le monde d'être le maître incontesté de la "F-bomb".

negancliff-feat

©️ AMC

Negan, le tyran du Sanctuaire et leader des Sauveurs, est apparu comme le nouveau big boss de The Walking Dead. Pourtant, le bad guy joué par Jeffrey Dean Morgan a seulement été aperçu pendant onze minutes, le temps de lâcher un monologue d'anthologie pendant le season finale. La particularité de ce dernier ? Il est criblé de "fuck".

Publicité

Aux États-Unis, on appelle ça une "F-Bomb". Il s'agit de balancer le mot "fuck" dans une phrase sans aucune raison apparente. Negan, vulgaire et pas franchement du genre à faire attention à son langage, l'emploie d'ailleurs sur une multitude de cases dans les comics, sous la plume de Robert Kirkman.

L'insulte apparaît si souvent que les producteurs ont dû censurer les lignes de dialogue du personnage pour la série, comme le confie le showrunner Scott M. Gimple dans les colonnes du Hollywood Reporter : "C'est impossible que Negan puisse lâcher autant de 'F-bombs' dans la série qu'il le fait dans le comics. C'est juste impossible. D'une certaine manière, on ne peut pas complètement les exploiter." 

Publicité

En revanche, et comme il l'explique par la suite, il est tout à fait possible d'ajouter la "version complète de Negan", non censurée, dans les bonus des éditions blu-ray et DVD. On apprend alors que le bonhomme a utilisé 23 fois le mot "fuck" lors du season finale. Les différentes versions du juron comprennent : "fuck", "fucked", "fucking", "fucker", "fuckety".

Ceci étant dit, la chaîne et les créateurs de la série ont dû faire des sacrifices, pour préserver les spectateurs. En effet, aux États-Unis, le programme est seulement jugé "inapproprié" pour un public de moins de 16 ans, selon la certification des TV Parental Guidelines, sorte de CSA américain.

En conséquence, des phrases bigarrées du personnage ont dû être remplacées. Notamment le fameux "I am gonna beat the holy fuck fucking fuckety fuck out of one of you" qui vient clôturer son monologue. À la place, les scénaristes ont préféré le plus élégant "I'm gonna beat the holy hell out of one of you". Le sens, lui, ne change pas : en gros, l'un d'entre vous va morfler sa race.

Publicité

Par Adrien Delage, publié le 23/08/2016

Copié

Pour vous :