The Wire : voici à quoi ressemblent les lieux mythiques de la série, dix ans après

À l'occasion de sa rediffusion sur HBO, le journaliste Justin Fenton est retourné sur les lieux de tournage de la série The Wire. Plus de dix ans après sa première diffusion. 

The Wire, Poo, D'Angelo Barksdale et Bodie autour du canapé orange, lieu central de l'intrigue dans la première saison de The Wire - Crédit Image HBO

Wallace, Poot, D'Angelo Barksdale et Bodie autour du canapé orange, lieu central de l'intrigue dans la première saison de The Wire - Crédit Image HBO

Tout a été dit sur The Wire ou presque : de sa vertu documentaire à sa puissante narration, des allers-retours constants que David Simon propose entre fiction et réalité au portrait juste qu'il dresse de Baltimore.

Publicité

À l'occasion de la rediffusion de la série sur HBO  (depuis le 26 décembre la chaîne diffuse une saison par jour et ce jusqu'au 30 décembre), le journaliste du Baltimore Sun, Justin Fenton, s'est amusé à se rendre sur les lieux iconiques de la série de David Simon et Ed Burns, à les photographier et les diffuser sur Twitter.

Du "Pit", arrière plan de la saison 1 de la série, jusqu'aux bureaux du Baltimore Sun – où il travaille, l'homme démontre par l'image que dans la ville du Maryland peu de choses semblent avoir changé depuis 2002 et les débuts du show à l'écran.

Publicité

Pour le reste, ils sont tous là, les lieux qui sont inscrits dans la mémoire des fans de la série. Le terrain de basket où se déroule le match entre East et West Baltimore pendant la saison 1 et son rêvetement verdâtre. Le Kavanaugh, bar officiel de la maréchaussée locale et ses abords lugubres. Les graffitis sur les murs du club de boxe monté par le repris de justice et ancien porte-flingue de Barksdale, Cutty.

À noter que le journaliste fait ça sur "ses pauses déjeuner" d'après le site Uproxx, et qu'il est ouvert à des suggestions quant à sa prochaine expédition dans le rues de Charm City. Entre deux photos, il continuera son job de reporter à la rubrique "crime" du quotidien local. Pour lui, The Wire, c'est un peu sa réalité de tous les jours.

Publicité

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 29/12/2014

Copié

Pour vous :