Trailer : The Man in The High Castle, la série où les nazis ont gagné la guerre

La série The Man in The High Castle, adaptation d'un roman classique de Philip K. Dick où les Alliés ont perdu la Seconde Guerre mondiale face au IIIème Reich, a enfin son trailer. 

Amazon passe au niveau supérieur. Après avoir été récompensé aux Golden Globes en janvier dernier pour la série Transparent et avoir annoncé se mettre à la production de films, le géant vient de lancer ce week-end au Comic-Con ce qui pourrait constituer un nouveau succès.

Amazon Studios a diffusé le trailer de la première saison de The Man in The High Castle, une uchronie post-Seconde Guerre mondiale où le monde se retrouve sous la coupe de l'Axe germano-japonais.

Publicité

Le pitch, communiqué par les studios, est le suivant :

 The Man in The High Castle imagine ce qui serait arrivé si les Alliés avaient perdu la Seconde Guerre mondiale. Presque 20 ans après cette défaite, les États-Unis et la plupart du monde sont désormais divisés entre le Japon et l'Allemagne, les deux pays hégémoniques. Mais les tensions s'accumulent entre ces deux puissances, et ce stress se ressent dans l'ouest des États-Unis.

À travers une galerie de personnages de différentes conditions (espions, vendeurs de contrefaçons, d'autres à l'identité secrète), The Man in The High Castle est un récit intrigant sur la vie et l'Histoire car il se base sur une réalité à la fois authentique et fabriquée.

Publicité

Si l'on n'en connaît pour l'instant que le pilote, cette mini-série mérite d'être surveillée pour plusieurs raisons.

Une audience record

Amazon Studios, comme toutes les sociétés de production, n'aime jouer que lorsqu'elle est sûre de gagner. Avant validation, les projets sont présentés aux internautes sur le site d'Amazon pour prendre la température. Parmi tous les épisodes pilotes diffusés jusque-là, celui de High Castle est le plus visionné depuis la création de la compagnie en 2010.

Une réception favorable que le vice-président d'Amazon Studios, Roy Price, cité par Laughing Squid, confirme dans un communiqué où il remarque qu'il s'agit du "pilote le plus regardé ever". Plus, donc, que le pilote de Transparent, pourtant auréolé aux Golden Globes. Ça sent bon ça.

Publicité

Ridley Scott à la prod

Qui dit grosse production, dit grands noms. Amazon a d'ores et déjà annoncé que le producteur exécutif de High Castle ne serait autre que Sir Ridley Scott. Le réalisateur de Blade Runner, Gladiator ou plus récemment Exodus sait associer son nom à des projets de série fructueux. En tant que producteur exécutif, on lui doit notamment le thriller politique The Good Wife et Halo : Nightfall, l'adaptation à venir du célèbre jeu vidéo.

the man in the high castle

(Capture d'écran du trailer de The Man in The High Castle)

Côté acteurs, trois noms ont filtré : Rufus Sewell, Alexa Davalos et Luke Kleintank. Le premier a été vu dans Les Piliers de la Terre, la deuxième dans le film Le Choc des Titans et le dernier dans les séries Bones ou encore Person of Interest.

Publicité

L'adaptation d'un roman culte

Un casting juteux, un grand nom tutélaire et une bonne hype de départ, c'est bien. Mais l'indice qui nous fait le plus attendre High Castle, ça reste ses origines. La série est adaptée du roman éponyme de l'un des plus grands écrivains de science-fiction, Philip K. Dick. Juste l'auteur de récits à l'origine de films cultes tels que Blade Runner, Total Recall, Minority Report...

Publié en 1962, The Man in The High Castle (disponible en français sous le titre Le Maître du haut château) a été récompensé par le prix Hugo du meilleur roman l'année suivant sa parution. Une distinction créée dans les années 50, accordée à des monstres sacrés de la SF comme Isaac Asimov, Ray Bradbury, Arthur Clarke... Comme l'indique la page Wikipédia du livre, High Castle est considéré comme un classique par pas moins de cinq ouvrages de références sur la littérature de science-fiction.

9782290035474

Couverture d'une édition française de "High Castle".

Lors de sa réédition française en 2012, Le Monde diplomatique consacre à High Castle cette chronique. La journaliste Evelye Pieillier y salue le travail d'un auteur "culte" et la subtilité d'un récit qui, au lieu de chercher des réponses, préfère poser les bonnes questions :

C’est une uchronie, assez saisissante. Car ce sont les Allemands et les Japonais qui ont gagné la guerre. Les vainqueurs se sont partagé le monde, la Côte ouest des États-Unis est sous souveraineté japonaise, et la vie continue.[…] Mais un petit livre cause de l’agitation : il « traite d’un présent alternatif. Comme beaucoup de romans de science-fiction », et affirme que ce sont les Alliés qui ont gagné la guerre.

Et si c’était vrai ? Si ce que certains parfois pressentaient — « Nous vivons dans un monde psychotique » — était exact, quel cauchemar, quel délire crée cette impossibilité d’accéder à la réalité ? Dick, et c’est le plus beau, ne propose pas de solution : il se contente de semer le trouble.

La première saison de High Castle devrait être disponible courant 2015 ou début 2016 pour les abonnés d'Amazon Prime, aux États-Unis, en Allemagne et au Royaume-Uni (mais on compte sur le piratage pour mettre la main dessus). En tout cas, tous les ingrédients sont réunis pour en faire une série à suivre de près.

Article publié le 19 février 2015, mis à jour le 12 juillet

 

Par François Oulac, publié le 12/07/2015

Copié

Pour vous :