True Detective : le boss de HBO assume la responsabilité de l'échec de la saison 2

S'il y a une personne à blâmer pour la baisse de qualité de la saison 2 de True Detective par rapport à la vertigineuse saison 1, c'est apparemment lui. Le boss d'HBO fait son mea culpa.

True detective

Selon Michael Lombardo, président de la programmation d'HBO, c'est à lui qu'il faut s'en prendre concernant l'échec critique de la saison 2 de True Detective. Le showrunner Nic Pizzolato aurait été pressé de rendre sa copie, au risque de bâcler ses intrigues et d'ajouter davantage de confusion à un scénario déjà sibyllin.

Publicité

"Quand on demande à quelqu'un de se conformer à une date de diffusion, au lieu de lui accorder le temps nécessaire pour écrire à son propre rythme, c'est qu'on a échoué" a déclaré Michael Lombardo à The Frame. Un aveu suffisamment rare pour être salué. Car s'il y a naturellement des deadlines à respecter, puisqu'une série télé est aussi le produit d'une industrie, le processus créatif ne se soumet pas aisément à ce genre de contraintes mercantiles.

Un difficile compromis qui, au moment de trancher et de privilégier la productivité, n'a pas réussi à HBO avec la saison 2 de True Detective. Celle-ci n'a pas su reproduire l'exploit de la première et la critique, aussi bien des professionnels que des téléspectateurs, n'a pas été tendre.

"J'assume la responsabilité. A cet instant, j'ai trop raisonné en tant qu'exécutif d'une chaîne. On avait connu un tel succès. 'Bon sang, je veux qu'on répète ça l'année suivante'. Vous savez quoi ? Je l'ai pris au piège" a ajouté Michael Lombardo au sujet de Nic Pizzolato.

Publicité

Il y a sans doute des leçons à tirer de ce mea culpa de la part de l'un des patrons de chaîne les plus influents du paysage audiovisuel américain, dont la France ferait bien de s'inspirer. On imagine qu'il y a un juste milieu à trouver entre le fait de trop presser un créateur de série et lui lâcher la bride, au risque de n'avoir qu'une saison tous les trois ans (coucou, Les Revenants).

Par Delphine Rivet, publié le 06/01/2016

Copié

Pour vous :