Vidéo : plan par plan, comment Pulp Fiction a influencé Breaking Bad

Une vidéo effectue un comparatif intéressant entre le film culte de Tarantino et le chef-d'oeuvre télé de Vince Gilligan. 

Qui ne s'est pas dit en matant Breaking Bad que cette série avait été inspirée des films de Quentin Tarantino ? Voici la preuve par l'image qu'elle a été grandement influencée, aussi bien sur le fond (certains arcs narratifs comme le bazar pour nettoyer une scène de crime sont présents dès les premiers épisodes) que sur la forme (de nombreux plans similaires). Sur sa page Vimeo, l'espagnol Jorge Luengo Ruiz s'est amusé à comparer des plans de Pulp Fiction avec ceux de Breaking Bad.

Publicité

Scènes dans un fast food américain, plans en contre-plongée sur des types ouvrant leur coffre de voiture, overdose d'une jolie brune à la peau pâle et aux cheveux au carré (Uma Thurman et Krysten Ritter pour BB), scène de crime bien dégueu à nettoyer, fringues ridicules à porter pour se débarrasser de ses habits ensanglantés, séquence mémorable "sur le trône"... Les similitudes sont assez bluffantes, ce qui ne retire rien à la qualité de Breaking Bad.

Vince Gilligan a digéré l'oeuvre du cinéaste pop de la meilleure des manières, au point que certaines situations et personnages de sa série - le vieux à la sonnette, les cousins Leonel and Marco Salamanca, Gus Fring et son fast food Los Pollos - auraient complètement eu leur place dans un Tarantino. Dans une interview accordée au site AV Club, le papa de Breaking Bad a évoqué lui-même Pulp Fiction pour répondre à une question concernant l'aspect énigmatique de certains personnages, comme Gus, dont on ne connait presque rien dans la série.

Publicité

"J'ai repensé à la façon dont la mallette dans Pulp Fiction m'avait intriguée. C'est un élément important de l'intrigue : John Travolta et Samuel L. Jackson la trimballent partout et on veut tous savoir ce qu'il y a dedans. On obtient un petit aperçu à un moment, mais ils ne révèlent jamais ce qu'il y a vraiment dedans. J'aime quand un créateur donne des éléments qui vont piquer ma curiosité, et qu'il laisse en même temps la porte ouverte pour que je réfléchisse un peu. J'adore cette façon de raconter des histoires, et c'est la façon dont je veux moi-même les aborder."

Par Marion Olité, publié le 21/10/2015

Copié

Pour vous :