Le vrai Diplo et James Van Der Beek (©️Shane McCauley / VICELAND)

Avec What Would Diplo Do?, James Van Der Beek creuse le sillon de la série méta

Le "Beek from the Creek" is back, et il est toujours aussi drôle !

Le vrai Diplo avec sa parodie de fiction, James Van Der Beek. (©️ Shane McCauley/Viceland))

Je ne vais rien apprendre à ceux et celles qui connaissent la carrière de James Van Der Beek. Au-delà de son rôle iconique de Dawson Leery, l’acteur a prouvé qu’il avait un sens du timing comique impeccable, que ce soit en jouant les losers dégarnis dans How I Met Your Mother, une version ridiculement attachante de lui-même dans Don’t Trust the B---- in Apartment 23 ou encore un trentenaire en peine sentimentalement dans Friends with Better Lives en 2014.

Publicité

Avec le projet What Would Diplo Do?, il a pu aller encore plus loin puisqu’en plus d’incarner le rôle principal, une version parodique du DJ Diplo, Van Der Beek en est aussi le showrunner. C’est à la suite d’une vidéo humoristique réalisée pour accompagner un événement du label musical Mad Decent, A Day In the Life of Diplo, que Viceland a l’idée de prolonger le plaisir. La chaîne fait alors confiance à James Van Der Beek, conseillé par Spike Jonze s’il vous plaît, pour mener à bien sa toute première série de fiction. Le résultat, ce sont ces cinq épisodes qui suivent le quotidien d’une version bien teubé de Diplo et de son équipe de bras cassés.

La série joue sur un humour méta, malaise et bien stupide. Visuellement, elle prend une forme mockumentary, en particulier sur son deuxième épisode qui voit débarquer un journaliste de Noisey (la verticale musique de Vice, ils sont malins…) maltraité et paumé au milieu de cette bande de grands malades. Avec un postulat de départ : Diplo est un génie de la musique, certes, mais pas un génie en relations sociales. Et quand il s’agit de se poser des questions existentielles, on n’est pas loin d’avoir trouvé le fils spirituel de Jean-Claude Van Damme.

Quand Diplo cherche le bon son. (©️ Shane McCauley/Viceland)

Publicité

La forme est à l’image du cerveau de Diplo, bordélique. Deux fois par épisode, le logo de la série revient avec un bruitage "Kaamelott approved" façon corne de brume, qui nous annonce le sujet philo du jour de Diplo, comme les droits des femmes, la poursuite de tes rêves, les fantômes… Et là, c’est cadeau : "Je suis à fond pour les droits des femmes, parce que quand on y réfléchit, sans elles, presque aucun de nous ne serait là. [Pause]. Personne ne serait là !" Génie ou stupide ? Le jury n’a pas encore tranché. Une chose est sûre, James Van Der Beek tient très bien son personnage, irrésistible avec ses "Yo" et son phrasé particulier, à la fois exaspérant et d’une candeur qui permet de le rendre attachant malgré tout.

La liberté du show permet au showrunner en herbe de l’emmener dans des bons gros délires, comme cet épisode dans lequel Diplo cherche son prochain hit et va au passage créer une secte (composée de son équipe) pour y arriver. La réussite de What Would Diplo Do? tient au fait que même si vous n’êtes pas familiers avec la culture électro, si vous aimez juste les séries méta (le scénario mélange inventions pures et moments réellement vécus du DJ, comme ce clash-tweet avec Taylor Swift), elle saura vous accrocher. Et vous faire marrer.

Les personnages secondaires restent moins surprenants et plus cliché dans leur caractérisation – la girl next door cool et blasée, le BFF ultrateubé, le comptable super sensible – que le DJ, on peut espérer qu’une deuxième saison, si elle a lieu, permettra à l’équipe de rectifier un peu le tir et de leur accorder plus de profondeur. La série a de toute façon le mérite de mettre en lumière le talent de scénariste de James Van Der Beek, à l’écriture d’une série méta qui a capté ce fameux esprit des millennials que les marques cherchent à séduire avec tant d’ardeur. C’est qu’il a beau avoir fêté ses 40 ans cette année, le "Beek from the Creek" (surnom lié à la série Dawson, qui s’appelle en VO Dawson’s Creek) a vite compris que la société changeait sous ses yeux et a développé une appétence pour les projets un peu dingues. What Would Diplo Do? arrive à point nommé dans sa carrière.

Publicité

La première saison de What Would Diplo Do? sera disponible sur Viceland France à partir du 22 octobre.

Par Marion Olité, publié le 19/10/2017

Pour vous :