Cinq raisons de découvrir Younger, le dernier bijou du créateur de Sex and the City

Darren Star est une nouvelle fois à la tête d'une série feel good bien sympathique, parfaite pour la saison hivernale. On vous donne 5 bonnes raisons de vous lancer.

#1. Liza Miller, héroïne attachante

Younger, c'est avant tout l'histoire un peu WTF de Liza Miller, quadragénaire bien déterminée à dénicher un emploi dans son domaine de prédilection, l'édition. Malheureusement, elle collectionne les refus, implicitement jugée trop âgée pour être "embauchable", et décide de se tourner vers un ultime recours indéniablement efficace : le mensonge.

Publicité

Assurant son rôle de mère tout en se faisant passer pour une jeune diplômée de 26 ans, Liza demeure une protagoniste immédiatement sympathique. Même si par moment cette double vie n'est pas des plus crédibles, Sutton Foster (aperçue dans la regrettée Bunheads) donne vie à une héroïne tantôt drôle, tantôt émouvante, qui a su faire bon usage des crèmes anti-rides. Comme quoi, ça sert de prendre soin de sa peau.

#2. Un Sex and the City édulcoré

Si les stars de Younger n'arrivent pas la cheville de Carrie Bradshaw et sa bande de copines délurées, elles se défendent plutôt bien. Liza est régulièrement flanquée de Kelsey, sa collègue de bureau fleur bleue, Maggie, sa BFF lesbienne et constante voix de la raison, et enfin Lauren, une accro des réseaux sociaux un brin déglinguée. Ensemble, elles forment un quatuor éclectique complètement déjanté.

Même si leurs conversations tournent autant autour des hommes que leurs homologues de Sex and the City, elles réussissent occasionnellement à passer le test Bechdel et ça, c'est plutôt cool.

Publicité

#3. Lizzie McGuire a bien grandi

À tous ceux qui sont nostalgiques des comédies rétro estampillées Disney Channel, soyez heureux. Dévoilée par son interprétation du rôle-titre dans Lizzie McGuire (puis par une carrière musicale que l'on préfère mettre de côté), Hilary Duff a fait du chemin. Outre une poignée d'épisodes dans la saison 3 de Gossip Girl et des téléfilms sans grandes ambitions, l'actrice a su rester discrète. Younger signe donc son véritable retour sur le petit écran, pour notre plus grand plaisir.

Publicité

#4. L'univers coloré de l'édition

Mise à part Ugly Betty qui nous a fait découvrir les coulisses d'un magazine de mode durant les années 2000, il existe peu de séries qui mettent en scène le domaine de l'édition. C'est désormais chose faite avec Younger. On se doute évidemment que ce n'est pas une vision des plus réalistes de ce milieu, mais ça reste sacrément agréable à découvrir. La série se fait même plaisir en s'inspirant de la pop culture, en introduisant un auteur à succès à l'origine d'une saga de fantasy ressemblant comme deux gouttes d'eau à Game of Thrones.

Publicité

#5. Une série feel good décomplexée

Diffusée sur une chaîne câblée plutôt confidentielle aux États-Unis (TV Land), Younger est une petite dramédie sans prétention qui mérite néanmoins que l'on s'y attarde. Au cours de ses deux premières saisons, elle sait prendre des risques et surfer sur la vague des millenials en traitant de sujets autant légers (les blogueuses mode) que plus ambitieux (le féminisme vu par les hommes). En bonus, la série enchaîne les scènes délirantes (le gif ci-dessus est un très bon exemple) et nous fait même découvrir des pratiques sexuelles incongrues. Si, si.

La première saison de Younger démarre ce mardi 18 octobre sur Téva alors que sa saison 3 est en cours de diffusion outre-Atlantique.

Par Florian Ques, publié le 18/10/2016

Copié

Pour vous :