Brand

Catch-22 : la série de guerre qui va vous rendre fou

Engagée, militante et décalée, la première série de George Clooney va vous retourner votre vision de la Seconde Guerre mondiale.

La seule chose qui soit pire que la guerre, c’est les hommes qui la font. C’est ainsi que pourrait être résumée Catch-22, la première série réalisée et jouée par George Clooney. Pleine d’humour et de cynisme, celle-ci nous emmène très loin dans la folie humaine : au coeur de la Seconde Guerre mondiale, dans une base de l’U.S. Air Force installée en Italie. C’est là, sur l’île de Pordosa, que vont se croiser un certain nombre d’officiers aussi barrés que dangereux, surtout pour leurs propres hommes.  

Publicité

Un anti-héros de guerre

Publicité

Parmi ces hommes, il y a le jeune capitaine bombardier John Yossarian qui, plongé bien malgré lui dans cette ambiance surréaliste, va vite comprendre qu’il est presque impossible d’en réchapper et va tout tenter pour éviter d’être confronté à la guerre. Y compris en essayant de se faire passer pour fou.

Très éloigné de l’image des héros de guerre façonnée par le cinéma et la propagande militaire, John Yossarian n’a pourtant rien d’un lâche. C’est un réaliste et un pacifiste confronté à la bêtise de ses supérieurs et à l’absurdité de leurs décisions, notamment celles du Colonel Cathcart. Ambitieux et stupide, ce dernier prend en effet un malin plaisir à envoyer ses hommes dans des missions toujours plus dangereuses pour se couvrir de gloire. Mais malheureusement pour John, Cathcart est loin d’être le seul allumé de la base de Pianosa.

L’autre visage de la guerre

© CATCH22

Publicité

 Pourtant, ce n’est ni le sadique lieutenant Scheisskopf et sa façon de martyriser les cadets ni le lieutenant Minderbinder et son idée de syndicat commercial international en pleine guerre qui vont poser le plus de problèmes à John. Car il va rapidement comprendre que son véritable ennemi n’a ni grade ni visage, ce n’est une qu’une simple phrase : le catch-22.

Probablement rédigée par un obscur fonctionnaire n’ayant jamais vu la couleur d’un champ de bataille, le catch-22 précise que quiconque veut se faire dispenser d'aller au feu n'est pas réellement fou et inversement. Comprendre qu’il faut envoyer au combat ceux qui essaient de l’éviter et ne pas envoyer ceux qui sont en quête de batailles. Un labyrinthe sémantique et réglementaire dont le jeune bombardier aura bien du mal à se tirer.

Une réalisation hollywoodienne

© CATCH22

Publicité

Vous l’aurez compris, Catch-22 ne fait pas vraiment de cadeau à la hiérarchie militaire américaine de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, la série n’est pas un pamphlet triste et austère. Au contraire, c’est une série burlesque et haute en couleur dotée d’un casting, d’une réalisation et d’une écriture dignes d’un blockbuster hollywoodien. Et pour cause, c’est le génialissime George Clooney, entouré d’une équipe d’exception, qui est aux commandes. Et sans surprise, l’époux d’Amal Alamuddin a donc conçu sa série avec tous les ingrédients du cinéma qu’il aime et qui l’a rendu célèbre : des personnages complexes et déjantés, une ambiance déboussolée et déboussolante et une profondeur qui se révèle avec le temps.

Ouais, c’est de la très belle série et vous en redemanderez rapidement. Un peu comme un soldat drogué à l’adrénaline. Sauf que pour vous, ça se passe sur le canapé et sur myCANAL.fr à partir du 23 mai. Et si vous ne l’avez pas encore, c’est par ici.

Par CANAL+, publié le 28/05/2019

Copié