Brand

Killing Eve : pourquoi on est à fond sur la saison 2

Décalée et ultra tendue, Killing Eve est le genre de série dont on n'arrive pas à décrocher. On vous dit pourquoi.

Bonne nouvelle pour nous et mauvaise nouvelle pour Eve, Villanelle est de retour. Et, sans surprise, elle continue à laisser des cadavres dans son sillage. Quant à nous, on est toujours aussi séduits par ce duo barré d’ennemies mortelles. D’ailleurs, on vous a fait une petite liste de ce qu’on aime le plus dans Killing Eve, et de ce qui fait qu'on a été ravis de voir la saison 2 arriver sur CANAL+.

Une tueuse cool et perchée

Publicité

Villanelle n’est pas vraiment une tueuse à gages comme les autres. Féline, un peu puérile, passionnée par les belles choses et complètement décalée, elle accorde une importance majeure au style avec lequel elle exécute ses contrats. Parfois au risque de se mettre en danger. Mais plus que ses techniques, ce sont ses mimiques hallucinées et ses réflexions lourdement perchées qui nous séduisent. Ouais, Villanelle est une véritable machine à mèmes.

Une enquêtrice attachante et badass

Pour tenir tête à Villanelle, il fallait bien Eve. Mal dans ses pompes et coincée dans une vie ennuyeuse, cette enquêtrice gaffeuse et rebelle est plus douée pour résoudre les puzzles psychologiques que pour suivre les ordres. Et heureusement, puisque c’est ce qui lui a permis d'identifier l’existence de Villanelle et de lancer la traque. Sinon, c’est accessoirement ce qui l’a faite renvoyer de son ancien job et a mis l’une des pires tueuses sur ses traces.

Une équipe totalement improbable

Publicité

Aussi badass et talentueuse soit-elle, Eve ne pouvait pas affronter seule Villanelle et ses mystérieux employeurs. Elle est heureusement entourée d'Elena, son ancienne collègue et meuf sûre, et Kenny Stowton, le genre de gars capable d’allumer votre webcam à distance et de vous localiser partout dans le monde grâce à votre agenda en ligne. Le tout sous la direction de Carolyn Martens, la boss du desk russe du MI5 qui a fait confiance à Eve. Et on recommence la série exactement 36 secondes après la fin de la saison 1.

Une ambiance sombre et raffinée

De la Toscane à Berlin, et des cliniques pour passionnés de BDSM médical aux grands galas de charité, le métier de tueuse de Villanelle nous conduit à travers des univers aussi fous que différents. Une véritable cartographie des lieux de la puissance politique, financière et criminelle  qui contraste avec l’austérité procédurière des services secrets britanniques et la grisaille londonienne. Sans parler de la planque un peu pitoyable de l’équipe secrète d’Eve. Un mélange qui renverse les codes du genre et nous plonge dans une ambiance totalement unique.
Durant cette saison 2, on va même voyager à Amsterdam pour un trip éreintant et plein de rebondissements. 

Une tension maximale

Publicité

Eve et Villanelle ne font pas que se traquer mutuellement à travers l’Europe, elles se fascinent. Ce qui complexifie grandement leur relation. Durant deux saisons, cette dernière prend en effet la forme d’une danse dans laquelle les deux femmes se repoussent et s’attirent en même temps. Sans oublier d'essayer de se tuer. Un improbable ballet qui monte en tension à chaque rencontre réelle ou à distance.

Vous l'aurez compris, il est franchement inconcevable de passer à côté de Killing Eve. Et ça tombe bien, les deux saisons sont disponibles en exclusivité avec la nouvelle offre de streaming CANAL+SÉRIES, à partir de 6,99€ par mois et sans engagement. 

Par CANAL+, publié le 30/04/2019

Copié