Brand

Years and Years, la série dystopique qui fait froid dans le dos

Ultra réaliste, profonde et flippante, Years and Years met une claque monstrueuse dès le premier épisode. Et vous en redemanderez.

Le futur vous fascine et vous terrifie à la fois ? C’est normal, vous êtes des êtres humains. Mais alors que vous tournez et retournez dans votre tête les millions de scénarios possibles pour votre journée de boulot du lendemain, votre prochain date avec Jehan ou les résultats des élections du BDE, les scénaristes de Years and Years ont décidé de nous projeter dans le futur de la Grande-Bretagne et du monde via une série à la fois intime et globale. Attention, ça rend accro mais c’est franchement flippant. Petit tour d’horizon des news de ce futur dystopique disponible sur CANAL+SÉRIES.

Publicité

Une patronne populiste à la tête du UK

Publicité

C’est désormais officiel, le Royaume-Uni a quitté l’Europe. La vie politique du pays s’en trouve d’ailleurs chamboulée au point de faire d’une ancienne cheffe d’entreprise au discours ultra rentre dedans la nouvelle coqueluche des Britanniques. Fascinante pour certains, détestable pour d’autres, elle a enchaîné les échecs jusqu’à s’imposer dans le paysage politique et à approcher les plus hautes fonctions. Et autant vous dire que ça promet de retourner un peu le royaume.

Trump, président pour un second mandat

© Years and Years limited

A l’inverse, de l’autre côté de l’Atlantique, c’est la stabilité politique qui est de mise. Les cousins d’Amérique ont en effet décidé de maintenir le controversé président Trump à la Maison Blanche. Toujours aussi imprévisible, celui-ci poursuit sa stratégie internationale et finit par engager la plus grande démocratie du monde dans un conflit diplomatique à haut risque avec la Chine autour de la question des îles artificielles. Au point que le pire pourrait bien finir par arriver.

Publicité

Des adolescents renoncent à leur humanité

Non, nous ne naissons pas tous humains. C’est en tout cas ce que croient les transhumains, des individus qui ne se sentent pas à leur place dans leur propre corps. Plus étonnant encore, ils souhaitent s’en débarrasser entièrement et définitivement. Mais pas question de se suicider, les transhumains prévoient de pouvoir se télécharger dans le cloud pour y vivre éternellement. Une technologie dont l’efficacité reste à prouver. Des dizaines de cas de transhumanisme ont d’ores et déjà été déclarés un peu partout dans le pays.

L’apparition de robots sexuels

Finis les sextoys, place aux robots sexuels. Sorte de version améliorée de nos classiques outils de plaisir, ces machines ont la particularité de ne pas être seulement destinées à assouvir les besoins de leurs propriétaires. Capables de parler, de bouger voire, selon les versions, d’accomplir quelques tâches basiques, elles pourraient rapidement se transformer en véritables assistants ménagers sexuels. Toutefois, malgré un succès relatif, ils semblent qu’elles aient déjà trouvé des détracteurs.

Le retour de la guerre nucléaire

La nouvelle est terrible et personne ne voulait y croire. Pourtant, c’est bien l’une des plus grandes terreurs de l’Humanité qui est de retour avec la décision du président Trump. Ce dernier vient en effet de lancer plusieurs missiles nucléaires sur l’île artificielle chinoise de Hong Sha. L’impact a été confirmé et les premiers bilans parmi les 26.000 habitants devraient rapidement tomber. D’ici là, c’est le monde entier qui retient son souffle tant nos destins à tous seront bousculés par ce drame.

Publicité

Ok, retour dans le présent. Vous l’aurez compris, Years and Years n’est pas une série comme les autres. C’est une réalité alternative, un futur possible et une réflexion sur notre avenir. Le tout raconté à travers l’histoire passionnante d’une famille ordinairement complexe. Bon, évidemment, pour voir tout ça, il y a quand même une condition. Ben ouais, il vous faut un abonnement CANAL+SÉRIES à 6,99€. Si ce n’est pas encore le cas, c’est par ici et c’est beaucoup plus pratique que d’acheter une machine à voyager dans le temps.

Par CANAL+, publié le 01/07/2019

Copié