AccueilTalent

On a discuté avec Kate Moennig, l’iconique Shane de The L Word

Publié le

par Marion Olité

©Showtime

L’actrice a repris son rôle pour la suite de la série culte, The L Word: Generation Q, dont la saison 2 débute ces jours-ci.

À l’occasion du lancement de la saison 2 de The L Word: Generation Q sur Showtime (et sur Canal+ Séries chez nous), nous avons eu l’occasion de discuter avec Kate Moennig, interprète du personnage ô combien emblématique de Shane dans la série originale The L Word et sa suite. Comment vit-elle l’arrivée de cette nouvelle génération et que nous réserve la trajectoire de Shane cette saison ? Éléments de réponse avec la principale intéressée, qui nous répond de sa belle voix grave, reconnaissable entre mille.

Marion Olité | J’ai eu l’occasion de visionner les trois premiers épisodes de la saison 2 de Generation Q. Votre personnage se rapproche de celui de Tess (incarnée par Jamie Clayton). À un moment, cette dernière sort une réplique que j’aime beaucoup à Shane : 'Tu aimes vraiment ton armure, hein ?' Je trouve que ça résume bien Shane. Qu’en pensez-vous ?

Kate Moennig | Oui, complètement. Je pense que c’est une caractéristique de ce personnage, surtout si on revient à ses origines dans la série. Tess s’en empare de façon spontanée à travers cette réplique.

Plus généralement, comment décririez-vous le personnage de Shane à une personne qui ne connaît pas du tout The L Word ?

Je dirais que c’est une personne qui fait face à des conflits intérieurs, qui est parfois impulsive. Je pense que sa loyauté lui attire des ennuis parfois, tout comme sa peur de blesser les autres, quitte à y laisser des plumes elle-même. C’est un schéma qu’elle a beaucoup répété. C’est son côté à vouloir plaire aux gens à tout prix. Mais, ironiquement, elle n’est pas du genre à s’engager pour autant. Elle est un peu méfiante. 

Sans trop spoiler évidemment, quelle va être l’évolution de Shane durant cette saison 2 de The L Word: Generation Q ?

Je dirais que c’est une trajectoire très très lente que va connaître Shane sur cette année. C’est un voyage qui se fera dans le temps, et je vois ça comme une preuve que l’intrigue n’est pas construite comme un casse-tête. Je suis personnellement très enthousiaste, non seulement concernant l’intrigue de Shane cette saison, mais sur le fait qu’elle prend son temps à se dévoiler. […] À la fin de la saison précédente, on se rendait compte que son mariage ne tenait plus. J’ai hâte de voir à quoi va ressembler la suite pour Shane, comment elle va aborder ses prochaines relations, et si elle va se lancer dans quelque chose de sérieux à nouveau.

 

© Showtime

Le mariage de Shane avec Qiara s’est en effet plutôt mal terminé. Sur le même sujet, deux cérémonies sont prévues cette saison, entre Tina et Carrie, et entre Sophie et Dani. À votre avis, que dit la série sur la notion de mariage ?

Je pense que la notion de mariage a complètement changé entre la série originale et maintenant, car aujourd’hui, le mariage gay est légal. Donc actuellement, ce que dit Generation Q à propos du mariage, c’est que les personnes LGBTQ+ peuvent se marier désormais ! Du coup, ça semble être un peu le mantra dans la nouvelle série : 'Je t’aime, marions-nous !' Tout le monde semble vouloir se marier. 

"C’est important de montrer des personnages gays se marier. Je pense que c’est tout aussi important de raconter des histoires gays dans lesquelles les gens ne veulent pas forcément se marier"

Est-ce juste un outil dramatique formidable ou le mariage est-il toujours politique dans une série comme The L Word ?

C’est évidemment important de montrer des personnages gays se marier. Ce type de représentation compte, c’est certain. Mais je pense que c’est tout aussi important de raconter des histoires gays dans lesquelles les gens ne veulent pas forcément se marier. Le mariage n’est pas forcément le but ultime, juste parce que maintenant on peut se marier. C’est une merveilleuse option et tout le monde doit avoir accès à ce droit. Mais cela ne veut pas dire qu’on doit absolument choisir cette voie pour autant. La distinction est vraiment importante à mes yeux.

Et je pense que c’est un sujet qu’il sera intéressant d’explorer dans le futur : pourquoi un couple gay ne veut pas se marier… parce que maintenant nous pouvons. Shane est un exemple parfait à mon sens. Elle s’est mariée de façon impulsive [avec Qiara, on l’apprend dans la saison 1 de Generation Q, alors que dans The L Word, on se souvient qu’elle plante Carmen à l’autel, ndlr]. Et comme le season finale de la saison dernière l’a montré, elles voulaient deux choses différentes et ça n’a pas marché. Après cette expérience, je ne vois pas ce personnage se précipiter à nouveau vers l’autel tout de suite, juste parce qu’elle le peut. Donc oui, je pense que le mariage est une storyline très pratique dans une série.

© Showtime

The L Word a toujours soulevé des questions importantes liées à la communauté LGBTQ+. Quels sujets voudriez-vous voir explorés dans Generation Q à l’avenir ?

Il y a un paquet de sujets LGBTQ+ que j’aimerais voir à l’écran ! L’une des thématiques qui m’ont toujours intéressée, c’est la différence entre les générations. Comprendre la connaissance et les approches qu’ont les différentes générations de personnes LGBTQ+ et trouver un moyen de combler le fossé. C’est important de comprendre les jeunes et d’où ils viennent, mais c’est tout aussi important à mes yeux de connaître les générations plus anciennes et de savoir ce qu’elles ont traversé. C’est un sujet si riche à explorer, j’attends avec impatience qu’on en parle plus.

J’ai aussi toujours été curieuse de voir la bisexualité d’Alice davantage explorée. C’est une composante de son identité qui a été un peu abandonnée il y a bien des années. J’attends de voir cela de nouveau abordé.

"Il n’existait aucun personnage féminin comme Shane à l’époque"

Qu’est-ce qui vous surprend le plus à propos de cette nouvelle génération queer ?

Il y a tout un nouveau langage que j’apprends au fur et à mesure. Cette génération a grandi avec, mais les gens de mon âge ou de l’âge de Jennifer [Beals, qui incarne Bette Porter, ndlr], on ne savait pas tout ça ! On ne savait pas que ça existait. L’évolution a été ultra-rapide du côté du vocabulaire. Et en plus, il est en constante évolution, c’est fascinant d’apprendre tout cela.

Shane est l’un des personnages les plus iconiques de The L Word et plus largement de la représentation LGBTQ+ sur un écran. L’avez-vous vu venir à l’époque et comment vous gérez ça depuis ?

Non, je n’avais aucune idée que le personnage allait devenir aussi populaire à l’époque ! Je pense que personne n’aurait pu prédire cela. Quand j’ai débarqué dans ce show, en 2002, pour tourner le pilote, je ne savais absolument pas ce qui m’attendait. On n’avait pas Internet de la même manière qu’aujourd’hui aussi. Je ne l’ai donc pas réalisé tout de suite. Mais rétrospectivement, je comprends d’où vient cet enthousiasme. Il n’existait aucun personnage féminin comme Shane à l’époque à la télévision, en particulier un personnage féminin gay. Je comprends à quel point cela a pu sembler provocant.

Après, je ne saurai trop dire comment cela a affecté ma vie personnelle. Je me suis habituée et je n’y prête plus vraiment attention.

Une des premières apparitions de Shane dans la série originale <em>The L Word (2004-2009)</em>. (© Showtime)

Avez-vous ressenti une forme de responsabilité envers la communauté LGBTQ+, et plus spécifiquement lesbienne, avec ce personnage ?

La seule responsabilité que j’ai ressentie est celle de bien faire mon job, d’incarner ce personnage avec sincérité et de la suivre dans sa trajectoire, du mieux que je peux. […] En revanche, j’avais envie de le rejouer. Avec Jennifer [Beals], Leisha [Hailey] et Ilene Chaiken [la showrunneuse de la série originale], on a travaillé longtemps pour faire naître ce reboot. Depuis 2012 je dirais, on cherchait à quoi cela pouvait ressembler. La tendance des reboots a ensuite débarqué, et elle nous a bien aidées !

Qu’est-ce qui vous a poussées à tout mettre en œuvre pour lancer ce revival ?

Eh bien, les raisons sont plutôt égoïstes : on a passé un tellement bon moment sur la série originale ! Et on a toujours eu l’impression que la série s’était terminée de façon un peu prématurée. Ces personnages avaient encore des choses à vivre. Et on avait juste envie de revenir et de travailler ensemble à nouveau. Créativement, on pensait qu’il y avait des choses à dire.

La première saison de Generation Q avait des guests comme Roxane Gay et Megan Rapinoe. Quels nouveaux guests aimeriez-vous voir dans les prochaines saisons ?

Mon rêve personnel serait d’avoir Jean Smart, dans n’importe quoi d’ailleurs. Je sais qu’elle est très occupée avec sa propre série, mais si Jean Smart passait une tête dans la nôtre, je pense que j’aurais probablement une crise cardiaque [rires] ! Sinon, dans la saison 2 de Generation Q, nous avons la chance d’avoir Rosie O’Donnell [elle joue Carrie, la compagne de Tina, ndlr], qui est géniale. Ça a été une joie de travailler avec elle et d’observer son travail. Elle est parfaite. Je dois dire la même chose de Jamie Clayton. Elle s’est emparée de son personnage dans la série [celui de Tess, ndlr], elle le sublime et c’est juste un honneur de travailler avec elle sur Generation Q.  

Pendant la pandémie, vous avez lancé un podcast avec Leisha Hailey (Alice dans The L Word), baptisé Pants With Kate and Leisha. Vous pouvez nous en dire deux mots ?

C’est une idée qu’on a eue avec Leisha, avec qui je suis très amie. On voulait faire un podcast ensemble depuis longtemps et la pandémie a été l’occasion de réaliser ce projet. On était là : "Pourquoi ne pas faire ça maintenant, alors qu’on n’a rien à perdre et pas grand-chose d’autre à faire ?"

C’est un format que nous apprivoisons. On n’est pas des podcasteuses professionnelles. On n’essaie d’ailleurs pas de l’être ou de se donner une image qui ne serait pas conforme à qui on est dans la vie. J’espère que nos auditeur·ice·s comprendront ça, et nous suivront pour ce voyage, qui a lieu chaque semaine. Je m’amuse beaucoup en tout cas ! C’est un projet parallèle très divertissant.

La saison 2 de The L Word : Generation Q est diffusée à l’heure US sur Canal+ Séries, depuis le 9 août. 

À voir aussi sur biiinge :