©Disney+

The Mandalorian : Pedro Pascal nous raconte sa relation avec les fans de Star Wars

"Je ne me suis jamais senti aussi bien accueilli par des fans."

On aurait tendance à l’oublier, tant Baby Yoda lui a volé tous les spotlights, mais The Mandalorian, c’est lui ! Après avoir brillé dans des séries très pop culture, comme Game of Thrones ou Narcos, Pedro Pascal a emprunté la porte des étoiles pour atterrir dans la première série live action de l’univers Star Wars. Un événement attendu de (très) longue date par des fans en grande partie échaudés par Star Wars, épisode IX : L’Ascension de Skywalker.

Au même moment que la sortie ciné mondial du blockbuster, fin 2019, The Mandalorian a débarqué de façon beaucoup plus discrète sur la plateforme Disney+, aux États-Unis. Son univers de western soigné, son scénario limpide et ses dialogues minimalistes, non dénués d’humour, sa mascotte Baby Yoda ou encore sa bande-son fabuleuse ont achevé de convaincre les amateurs de Star Wars de la réussite qualitative de cette entreprise sérielle. Pourtant, s’il y a un autre ingrédient dont on parle peu, peut-être car son visage est caché par un casque durant quasiment toute la première saison, c’est bien notre Mandalorien en chef, protecteur d’une certaine créature verte, incarné par le modeste Pedro Pascal.

Publicité

Dans une interview récemment accordée à Elle, l’acteur expliquait qu’il ne pourrait jamais "tuer le fan en lui". C’est peut-être ça, qui le rend si sympathique. L’acteur s’excuserait presque d’être là et ne cesse de chanter les louanges de Jon Favreau et des équipes techniques, des effets spéciaux aux spécialistes des cascades. Lors d’une table ronde virtuelle* organisée par Disney+, on a encore pu constater que Pedro Pascal ne risque pas de se tourner du côté obscur de la fame et de prendre le melon. J’en ai profité pour lui demander comment il vivait cette nouvelle relation avec le fandom de Star Wars, aussi dévoué qu’impitoyable quand il se sent trahi. L’acteur explique :

"C’est vrai que j’ai développé un lien avec eux. J’ai l’impression d’avoir reçu une invitation pour intégrer un très, très gros club [rires, ndlr] et pour, en quelque sorte, exister dans ce monde Stars Wars qu’ils adorent. Je ne me suis jamais senti aussi bien accueilli par des fans.

En faisant partie de cela, vous vous sentez soutenu, vous vous sentez protégé, que ce soit au milieu de larges foules ou lors d’une rencontre en face-à-face. C’est un sentiment vraiment spécial. J’ai du mal à trouver mes mots, ce que je veux dire, c’est que c’est très agréable. Et réconfortant.

Les gens adorent créer des histoires à propos des fans de Star Wars, que s’ils sont déçus ils peuvent devenir très durs, mais mon expérience a été tout autre. Ils m’ont accueilli dans ce monde où je n’ai ressenti que du soutien et de la bienveillance. C’est un drôle de sentiment."

Publicité

Bad Baby Yoda ?

Si l’acteur a été briefé pour ne nous divulguer aucune information concernant la saison 2 de The Mandalorian, qui devrait arriver quelque part cet automne sur Disney+, il a réagi avec humour à la suggestion d’un journaliste allemand qui se demandait si Baby Yoda ne pourrait pas passer du côté obscur de la force et devenir un des grands big bad de la série !

"Oh waouh ! Je pense que si les créateurs du show voulaient se faire chasser par un public en colère aux quatre coins de la galaxie, ils pourraient effectivement envisager de rendre Baby Yoda méchant [rires, ndlr], mais c’est vrai qu’on ne sait jamais ! Tout est possible et évidemment, il s’agit d’une histoire qui parle du côté lumineux et du côté obscur. Cela dit, c’est la première fois que j’envisage cette possibilité… et j’ai mal au ventre rien que d’y penser !"

En France, la saison 1 de The Mandalorian est diffusée chaque semaine sur Disney+ et une série docu sur les coulisses de la série sera mise en ligne le 4 mai prochain.

Publicité

*effectuée le 17 avril, en compagnie d’autres journalistes européens.

Par Marion Olité, publié le 22/04/2020