©Freeform

Josh Thomas est aussi malaise qu'attachant dans le trailer d'Everything's Gonna Be Okay

Le créateur de Please like me arrive aux États-Unis !

Vous ne savez peut-être pas qui est Josh Thomas, et pourtant, il gagne à être connu ! Showrunner et acteur façon Lena Dunham ou Xavier Dolan (en gros, il est à tous les postes de la production), l’Australien s’était révélé au monde des séries avec la dramédie Please like me (2013-2016), sorte d’autofiction drôle et touchante, composée de 4 saisons, disponibles sur Netflix si vous êtes curieux·ses.

Après les crises existentialistes de la vingtaine, Josh Thomas arrive aux États-Unis les deux pieds dans la trentaine, synonyme de responsabilités et parfois de parentalité. Ce qui lui a inspiré cette nouvelle série, Everything's Gonna Be Okay, qui doit débuter le 16 janvier prochain sur Freeform (la chaîne de The Bold Type et Good Trouble). Il va y incarner Nicholas, un jeune homme névrosé dans sa vingtaine (bien qu’il en ait 32) qui vit encore chez son père, avec ses deux demi-sœurs, interprétées par Kayla Cromer et Maeve Press, dont l’une se trouve sur le spectre de l’autisme. Plutôt du genre égocentrique, il n’aide pas particulièrement son géniteur à élever ses sœurs. Mais quand celui-ci meurt, il n’a pas le choix et doit s’occuper d’elles.

Publicité

Il va alors être confronté à de tout nouveaux enjeux familiaux (l’adolescence, le deuil, l’autisme) dans cette "comédie émouvante qui suit une famille imparfaite sur le chemin de la reconstruction. Elle va découvrir l’importance de trouver le bonheur au milieu de moments très difficiles, une conversation malaise après l’autre".

Dans ce trailer dévoilé par Freeform, on retrouve effectivement le ton si particulier de Josh Thomas, ces personnages qui ne se comportent jamais comme les circonstances l’exigeraient, d’où un malaise qui crée un décalage comique. Évidemment, derrière l’humour se cachent de réels sentiments et obstacles émotionnels à franchir, pour traverser la vie et ses aléas du mieux qu’on peut.

Publicité

Par Marion Olité, publié le 21/11/2019

Copié

Pour vous :