En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

À lire : Mad Men et ses révolutions

Chef-d’œuvre incontestable du petit écran, Mad Men bénéficie d'un nouveau décryptage avec la sortie en France d'un essai intitulé Les révolutions de Mad Men

mad-men-2

En France, les livres sur les séries ne sont pas légion, et il est parfois compliqué de trouver le juste milieu entre encyclopédie, essai d'universitaires peu accessibles et forme attrayante. Il y a quelques mois, Iris Brey trouvait le bon équilibre avec son livre Sex and The Series qui s'intéressait à la représentation des sexualités féminines sur le petit écran.

Avec la même intention de produire un essai anglé au contenu accessible, le journaliste Damien Leblanc sort ces jours-ci en librairie Les révolutions de Mad Men. Ce grand passionné de la série signée Matt Weiner se penche sur les nombreuses mutations mises en scène au cours des 7 saisons, diffusées entre 2007 et 2015 sur la chaîne AMC.

mad-men-livre

Le livre de Damien Leblanc est sorti aux éditions Playlist Society le 28 mars dernier.

Il faut dire qu'en trois décennies – les années 1950, 1960 et 1970 –, l'Amérique a connu d'immenses changements sociétaux, passant d'une atmosphère conservatrice d'après-guerre à l'idéologie libertaire du mouvement hippie. Les grands moments de l'histoire US (l'assassinat de Kennedy, le premier pas de l'homme sur la Lune, le meurtre de Martin Luther King...) et les révolutions se sont succédés : les femmes ont vogué vers leur émancipation, les Afro-Américains ont lutté pour leurs droits, les jeunes se sont révoltés contre l'ordre établi.

À l'aide d'exemples très précis, de scènes tirées des épisodes, Damien Leblanc analyse finement la façon dont Matt Weiner a su mettre en scène ces évolutions sociétales. Il n'omet pas non plus de s'attarder sur deux autres grands thèmes du show : la publicité et ses mutations (et ce qu'elle dit de la société américaine) ainsi que la perte des repères identitaires avec une étude poussée du personnage central du show, l'antihéros Don Draper (Jon Hamm).

On vous promet une chose à la fin de cette lecture agréable et instructive, d'environ 130 pages : une envie dévorante de vous relancer dans un marathon de ce grand classique qu'est Mad Men.