© France Télévisions

Skam France signe un excellent retour avec une saison 6 plus sombre

Le remake hexagonal a définitivement pris ses distances avec le Skam norvégien.

Il n'y a pas à dire, Skam France fait son petit bout de chemin. Saison après saison, l'adaptation francophone du hit scandinave éponyme continue de s'ériger comme l'une des meilleures séries made in France actuellement à l'antenne. Ce constat est rendu d'autant plus flagrant avec sa sixième salve d'épisodes, fraîchement inaugurée sur France TV Slash le 18 avril dernier. Dans le sillage d'une saison 5 remarquable, qui offrait une vraie visibilité à la communauté Sourde, ce nouveau tour de piste s'attaque à une nouvelle thématique de taille.

Attention, spoilers : il est préférable d'avoir visionné au moins le premier épisode de la saison 6 avant de lire cette critique.

Publicité

A contrario des cuvées précédentes, cette saison 6 braque ses caméras sur un personnage méconnu des fans : celui de Lola, la demi-sœur de Daphné. D'entrée de jeu, on apprend que cette dernière souffre d'un comportement autodestructeur, lié à son addiction. Comportement qui repart de plus belle après une mort tragique. Si Daphné pleure le décès de leur mère, Lola, elle, retourne vers ses anciens démons. Mais sa rencontre avec Maya, l'ado aux cheveux violets qui supervise ses TIG, pourrait bien tout chambouler et l'aider à surmonter cette mauvaise passe.

© France Télévisions

C'est une évidence, Skam France fait son come-back sur les ondes avec un fil rouge plus sombre que ce à quoi elle nous avait habitués. L'addiction est un sujet globalement tabou ou, en tout cas, un thème auquel peu de fictions françaises osent se frotter, encore moins celles destinées aux ados et jeunes adultes. Dans le cas présent, c'est abordé de manière graduelle, avec un certain tact, mais il faut surtout saluer la prestation de Flavie Delangle, l'interprète de Lola, qui porte sur ses épaules une intrigue tout de même conséquente.

Publicité

Révélée dans le court-métrage Marlon de Jessica Palud, la jeune comédienne délivre une performance tout en austérité, faisant irrémédiablement écho à une autre ado blasée du petit écran, j'ai nommé Effy Stonem dans l'inoubliable Skins. Les deux personnages ont en commun une mélancolie poignante, de même qu'une attitude dévastatrice presque instinctive. En jonglant entre noirceur corrosive et de rares instants de douceur, voire de candeur, Lola est une protagoniste d'emblée fascinante.

Mais Skam France ne serait pas Skam France sans la bienveillance qui la caractérise. Ainsi, cette sixième saison incorpore une nouvelle bande de personnages, affectueusement surnommée la Mif, qui pourrait bien jouer un rôle décisif dans la trajectoire de Lola. Au sein de ce groupe soudé, Maya, justement incarnée par Ayumi Roux (entraperçue dans Vampires ou Amours solitaires). Maya est ouvertement lesbienne, de même que Lola semble être bisexuelle ou pansexuelle, même si ces termes-là ne sont pas directement prononcés dans les cinq épisodes rendus accessibles à la presse. Il est appréciable de voir que leur orientation amoureuse est un non-sujet, nous évitant une énième histoire de coming out qui, bien qu'elle fasse état d'une réalité, est constamment accolée aux récits LGBT+.

© France Télévisions

Publicité

Pour celles et ceux qui craindraient de ne pas croiser leurs personnages fétiches des saisons précédentes, rassurez-vous. Tout le monde rempile, bien que certains membres de la bande héritent d'une plus grande présence à l'écran comme Eliott (Maxence Danet-Fauvel), sorte de mentor pour Lola, et Daphné (Lula Cotton-Frapier), qui gagne en profondeur, même au-delà de son lien avec l'héroïne de la saison. Skam France semble néanmoins poser les bases pour d'autres salves d'épisodes en incluant de nouveaux rôles et une nouvelle génération comme avait pu le faire Skins ou Degrassi avant elle.

En ayant fait du progressisme et de l'inclusivité sa croix à porter, le remake français de Skam est d'une modernité exemplaire et propose une histoire plus dure qu'à l'accoutumée – une scène à la mi-saison a notamment été des plus glaçantes –, garantie de mettre vos glandes lacrymales à rude épreuve. Ce virage osé et plus mature porte ses fruits, puisqu'on tient sans nul doute la saison la plus importante de Skam France, voire peut-être sa meilleure.

Skam France est diffusée sur France TV Slash à raison d'un épisode complet chaque vendredi.

Publicité

Par Florian Ques, publié le 27/04/2020