AccueilCritique

The Stand : une pandémie mortelle dans l’œil macabre de Stephen King

Publié le

par Adrien Delage

Ⓒ CBS All Access

Cette nouvelle adaptation du Kingverse trouve un écho à la fois inquiétant et fascinant avec l’actualité planétaire.

Chaque année, presque religieusement, le petit écran a droit à une nouvelle adaptation de Stephen King. Le maître du fantastique continue d’être l’auteur américain le plus inspirant pour les scénaristes d’Hollywood, même si les séries tirées de son œuvre oscillent entre le magistral (The Outsider), le milieu de gamme (Castle Rock) et le médiocre (The Mist). En 2020, Josh Boone (Les Nouveaux Mutants) et Benjamin Cavell (Justified) retournent sur l’un des récits fondateurs du Kingverse, Le Fléau, déjà adapté une première fois en mini-série dans les années 1990. Mais cette fois, et au vu de l’actualité mondiale sur fond de Covid-19, The Stand possède une tout autre saveur.

Le show débute sur une catastrophe planétaire aussi foudroyante et terrifiante que les dix plaies d’Égypte. Un virus créé en laboratoire par des scientifiques s’échappe. Particulièrement mortel, il décime en quelques jours la population mondiale. Seuls quelques élus, immunisés pour une raison inconnue, survivent et assistent à l’effondrement de la civilisation. Mais influencés sans le savoir par deux forces supérieures, l’une représentant le bien et l’autre le mal, ils vont rejoindre deux communautés opposées et mener une guerre qui décidera du renouveau de l’humanité.

Un fléau pour les gouverner tous

Ⓒ CBS All Access

À cause de la pandémie mondiale, l’année 2020 restera dans les livres d’histoires. Intentionnellement ou non, le secteur culturel s’en est déjà emparé avec des séries comme The Stand. Les premiers épisodes du show sont ainsi difficiles à regarder : source d’angoisse voire de pensées morbides, l’épisode pilote présente les différentes étapes de la propagation d’un virus mortel heureusement fictif, car mortel dans plus de 99 % des cas. Les mesures de confinement, barrières et l’intervention de l’armée n’y changeront rien, le fléau du récit est tout simplement inéluctable et né d’une force qui dépasse l’entendement scientifique humain.

La série s’amuse à nous perdre entre réalité et science-fiction, à travers une narration sinueuse entre différentes temporalités mais qui repose sur un concept fondateur : le manichéisme. À la manière d’histoires dichotomiques comme Star Wars (Stephen King citait notamment Le Seigneur des anneaux comme référence pour son roman), The Stand voit s’opposer les forces de la lumière à celles des ténèbres. Ces dernières sont personnifiées à travers deux personnages contradictoires, Mère Abigail et Randall Flagg, antagoniste récurrent dans l’œuvre de l’écrivain. En dépit de cet aspect fantastique, la mini-série est parfois douloureuse à regarder tant elle évoque les événements actuels, comme le remake américain d’Utopia en avait fait les frais l’année dernière.

Si l’on parvient à dépasser les comparaisons troublantes avec notre réalité, The Stand s’impose comme une œuvre pleinement inscrite dans l’ADN de Stephen King. On y retrouve des éléments clés de sa narration horrifique, notamment ces champs de maïs mystérieux, un amour pour les deux-roues rétro, un personnage de clown triste emblématique et un semblant de normalité qui tourne vite au cauchemar. La mini-série joue avec les faux-semblants et les images symboliques pour introduire ses deux forces supérieures, dans une esthétique sombre voire onirique. L’apparition de Randall Flagg, symbolisé par un canidé, nous rappelle que l’homme est un loup pour l’homme en période de survie.

Ⓒ CBS All Access

La mini-série propose aussi un panel de personnages variés et incarnés par un joli casting : Whoopi Goldberg dans le rôle de la marraine spirituelle, James Marsden (vu récemment dans Westworld) dans la peau du cow-boy héroïque ainsi qu’Owen Teague et son regard glaçant, psychopathe par excellence en remplacement de Bill Skarsgård… Quoique cette famille nombreuse d’acteurs suédois renommés n’est pas si loin puisque son frère, Alexander Skarsgård, campe un énigmatique et charismatique Randall Flagg, bien plus convaincant que Matthew McConaughey dans La Tour sombre. Une distribution solide qui personnifie les différentes réactions humaines face à l’apocalypse.

Pourtant, c’est bien dans l’émotion que The Stand pèche. Si le show assume son côté horrifique, avec des scènes de morts particulièrement gores et écœurantes, il se montre plus hésitant sur les sentiments humains que peuvent partager des survivant·e·s d’un cataclysme planétaire. Il y a indéniablement un peu de Lost dans la trajectoire tragique de ces protagonistes connectés ensemble sans le savoir (sans oublier la dichotomie entre bien et mal), qui pénètrent dans un trou du lapin blanc métaphorique à travers leurs songes, où apparaissent Mère Abigail et Randall Flagg pour les guider dans une direction.

Ainsi, la construction des personnages n’est pas aidée par un schéma narratif confus, bâti sur une alternance entre flash-back et flash-forward peu compréhensible. Le spectateur ressent une forme d’imperméabilité vis-à-vis de la communauté de survivant·e·s de Boulder, rassemblée comme par magie, tout comme leur dévouement fanatique pour Mère Abigail. Des zones d’ombre qui ne trouvent pas forcément d’éclaircissement au fil des épisodes, et qui pourraient délibérément laisser les moins patient·e·s d’entre nous sur le carreau.

Si The Stand n’atteint pas la qualité de The Outsider, rare prouesse visuelle et d’écriture dans le monde clivant des adaptations de Stephen King, la mini-série peut tout de même prétendre au haut du panier. Solidement produite et incarnée, mise en scène comme une version fantastique de La Route, elle est parfois trop cryptique et hasardeuse dans son écriture pour son propre bien. Reste aussi cette étrange sensation face au contexte actuel de la pandémie, qui la rend à la fois trop réaliste et trop fantasmée pour profiter d’un visionnage classique d’une œuvre post-apocalyptique.

En France, la mini-série The Stand est diffusée sur Starzplay, à raison d’un épisode par semaine.

À voir aussi sur biiinge :