Ⓒ Canal+

Validé : une belle surprise sérielle sur le rap français, signée Franck Gastambide

Le parcours du jeune rappeur Apash a su nous convaincre au bout de la première saison.

The Get Down, Power, Empire, Unsolved… Ces dernières années, la télévision américaine a produit bon nombre de séries sur le hip-hop au succès en dents de scie. Fatigué que nos voisins d’outre-Atlantique prennent toujours le lead, Franck Gastambide, l’acteur et réalisateur de Kaïra Shopping et de Taxi 5, a décidé d’offrir à l’Hexagone sa propre série sur le rap français. Un concept séduisant et proche du style d’Entourage, où les invités stars se mélangent à de jeunes acteurs.

Dans Validé, la jeune pousse du rap français s’appelle Clément, alias Apash. Dealer de drogue la nuit, il profite de son temps libre pour écrire des textes. Mais, un soir, sa vie bascule lorsqu’il est invité sur le plateau de Planète rap, l’émission radio de Skyrock. Face à son idole Mastar, un emcee installé depuis longtemps dans le business, Clément aligne un freestyle d’anthologie qui lui ouvre les portes d’un label. Sauf qu’Apash va apprendre à ses dépens que la vie de rappeur est loin d’être un long fleuve tranquille et que son mentor ne lui veut pas que du bien.

Publicité

Un trio décapant qui sort de son tipi

Ⓒ Canal+

Pour embrasser la réalité, Franck Gastambide a été minutieux. En plus des guests surprise dont nous tairons soigneusement les noms, le réalisateur a recruté le rappeur Hatik dans le rôle principal. L’artiste qui a émergé avec le titre "Chaise pliante" est un véritable diamant brut en tant qu’acteur, qui soutient la série de ses larges épaules. Impeccable dans les sessions intenses de rap, Hatik fait preuve d’une large palette d’émotions qui rendent son personnage attachant et tragique.

Avec Saïdou Camara et Brahim Bouhlel, que vous avez peut-être repéré dans des clips d’Heuss l’Enfoiré, ils forment un trio tantôt loufoque, tantôt dramatique et finalement très émouvant. Si les deux compères d’Apash n’échappent pas à quelques archétypes télévisuels (le comic relief, le moralisateur), les acteurs sont excellents dans l’ensemble de la première saison. Ce trépied infaillible représente clairement la force de frappe de Validé, tandis que des acteurs plus confirmés (Sabrina Ouazani, Adel Bencherif) viennent souligner l’éclectisme de la distribution.

Publicité

Si Franck Gastambide est avant tout un faiseur de clips et de cinéma, il a parfaitement assimilé les codes et le langage sériels. Cette envie de bien faire et de ne pas trahir un format actuellement à son apogée créative se ressent dès le premier épisode, d’une efficacité à toute épreuve. En termes de rythme et d’intensité, l’introduction rappelle les meilleures heures de Prison Break avec en point d’orgue les deux freestyles de Clément, sublimes moments d’envolées lyriques. Le format de 30 minutes, décidément très cohérent avec les dramédies, offre aussi une belle occasion de visionnage boulimique.

Appliqué dans ses choix de casting et son écriture, Gastambide l’est aussi sur sa réalisation. Visuellement très proche du réalisme cru de Gomorra, le réalisateur ne s’en cache pas jusqu’à intégrer une intrigue mafieuse à l’ensemble. Cette partie du scénario, plus bancale et clichée, ne gâche en rien l’ensemble qui offre de nombreuses situations à rebondissements voire quelques scènes d’anthologie comme le concert en live de l’épisode 6.

Un cri du cœur validé

Ⓒ Canal+

Publicité

Même si la musique fait danser des millions de personnes à travers le monde, elle est paradoxalement plus niche sur le petit écran. Martin Scorsese et Mick Jagger n’ont pas réussi à convaincre avec Vinyl, tout comme Baz Luhrmann et Netflix avec The Get Down (et ses 120 millions de dollars de production, toujours l’un des budgets les plus onéreux de la plateforme à ce jour). C’est un fait, les séries musicales, même à gros budget, sont un risque majeur pour un diffuseur. Avec des moyens réduits et des acteurs novices, Franck Gastambide a pourtant relevé le défi avec beaucoup de sincérité.

Au bout des dix épisodes de la première saison, on ne peut que saluer le travail de l’artiste, qui a mis ses tripes et son cœur dans Validé. Il n’y a qu’à voir le personnage qu’il a choisi d’incarner : Sno, un DJ et homme de l’ombre qui pourrait s’attirer toute la gloire des titres de Mastar et Apash, mais préfère finalement privilégier sa passion, la création de sons, quitte à remettre en cause sa loyauté.

Une partie des critiques de séries s’entendent à l’unisson pour souligner les situations, il est vrai, parfois très stéréotypées de Validé. Si certains twists et une représentation assez nocive de la banlieue sont des lieux communs, toujours est-il que les acteurs (pour la plupart eux-mêmes rappeurs et/ou originaires de banlieue) défendent cette vision en tunnel de leur mentor. Si la violence, des gestes comme des mots, est très présente dans la série, elle ne dépasse jamais le cadre de la gratuité tandis que les punchlines d’Apash explosent bien plus au visage que des gerbes de sang tarantinesques.

Publicité

Par ailleurs, Gastambide s’attarde sur un élément essentiel de ses rappeurs fictifs : les réseaux sociaux. Ils sont un outil de communication redoutable pour les stars, qui deviennent finalement les pantins de cette technologie lorsqu’elles tombent dans le clash, ce qui n'est pas sans rappeler une certaine altercation entre Booba et Kaaris. À travers cette critique du monde virtuel, le réalisateur décrypte aussi les comportements dégradants de certaines émissions à (bad) buzz, et pousse finalement le cliché jusqu’au burlesque pour mieux dénoncer la réalité des faits.

La première saison de Validé est disponible en intégralité sur MyCanal.

Restez chez vous et binge-watchez toutes les vidéos de Konbini Biiinge, c’est par ici !

Par Adrien Delage, publié le 20/03/2020