© Canal+ / France 2 / Arte

De Dix Pour Cent à Hippocrate, les 8 meilleures séries françaises de 2018

Le cru hexagonal se défend bien cette année. Cocorico !

© Canal+/France 2/Arte

Les séries françaises, c’est un peu pile ou face selon les saisons. En 2018, on est franchement bien tombé·e·s, entre retours de hit confirmés, comme Le Bureau des légendes ou Dix pour cent, nouvelles séries qui mettent tout le monde d’accord, à l’image d’Hippocrate, et pépites d’auteur innovantes comme J’ai deux amours.

Publicité

Avant que Netflix ne nous tombe dessus avec sa dizaine de séries françaises en préparation (plus ou moins alléchantes), voilà donc de sérieux motifs d’espoir pour la suite du genre.

#1. Hippocrate

Grey’s Anatomy a beau être vendue depuis ses débuts comme une série médicale, celle-ci est devenue plus un soap qu’autre chose. Ce constat se renforce lorsque l’on tombe sur Hippocrate, qui joue la carte du réalisme à toute épreuve. Avec une esthétique froide qui colle au côté aseptisé du milieu hospitalier, cette série made in France est une véritable réussite, pouvant aisément faire concurrence à ses homologues américains. En adaptant son propre long-métrage éponyme, Thomas Lilti a fait fort, à tel point qu’on espère le recroiser au plus tôt dans le monde sériel. (FQ)

Publicité

La première saison d’Hippocrate est disponible sur Canal+.

#2. Dix pour cent, saison 3

La team de l’agence ASK revient gérer une nouvelle flopée de stars attachantes mais pas toujours faciles à satisfaire dans cette saison 3, qui est aussi la dernière de la créatrice et showrunneuse Fanny Herrero. Elle en profite pour rectifier le tir après une saison 2 où on lui a reproché de faire coucher son héroïne lesbienne, Andrea, avec un homme, son boss, Hicham.

Publicité

Cette fois, la scénariste s’attaque avec force au sujet de l’homoparentalité. Et si certains épisodes, comme celui avec Gérard Darmon, restent plus anecdotiques, d’autres avec Isabelle Huppert, Jean Dujardin ou Béatrice Dalle sont au contraire des plus savoureux. Cette saison 3, globalement très réussie, se termine en apothéose. (MO)

Dix pour cent est diffusée sur France 2, et disponible sur Netflix.

#3. Vingt-cinq

Publicité

Des séries centrées sur des vingtenaires paumés dans leur vie, nos voisins d’outre-Atlantique font ça depuis des décennies. En France, en revanche, c’est beaucoup plus rare. Fort heureusement, Vingt-cinq est là pour changer la donne, relatant le quotidien d’une bande de potes tous plus perdus les uns que les autres. Créée par Bryan Marciano, un novice dans le game sériel, cette dramédie contemporaine aux dialogues étonnamment crédibles aborde avec un humour décalé la crise existentielle de cette tranche d’âge. (FQ)

Vingt-cinq est diffusée sur OCS Go.

#4. Ad Vitam

Ce n’est pas nouveau, l’Hexagone est trop souvent réfractaire aux œuvres de genre. Pour autant, Arte s’est maintes fois essayé à l’exercice, en témoignent des séries comme Trépalium ou encore Transferts. Cette année, la chaîne franco-allemande a visé juste avec Ad Vitam, une fiction en six épisodes.

Thomas Cailley, à qui l’on doit le film Les combattants, nous entraîne dans un futur proche où la vie éternelle est une réelle possibilité. Tout se complique lorsque des jeunes gens commencent à se suicider. Acte de rébellion ou obscure conspiration ? That is the question. En plus d’avoir un propos fort qui pousse à réfléchir, Ad Vitam saura faire plaisir à vos yeux avec son esthétique léchée. (FQ)

Ad Vitam est diffusée sur Arte.

#5. Le Bureau des légendes, saison 4

L’impeccable série ultradocumentée d’Éric Rochant revient dans une saison 4 qui s’intéresse au cyberespionnage en Russie. Pendant ce temps, la team du Bureau des légendes, menée par une Marie-Jeanne toujours aussi badass, tente de recoller les morceaux, de retrouver Malotru et de survivre à un inquisiteur des temps modernes, incarné par le nouveau venu Mathieu Amalric. On peut se lasser de la recette LBDL, désormais bien connue, mais force est de constater que la série reste un must français, dont la qualité ne faiblit pas de saison en saison. (MO)

La saison 4 du BDL est diffusée sur Canal+ et dispo sur Canal+ à la demande.

#6. Fiertés

Il était temps que l’histoire du combat des homosexuels trouve sa place sur la petite lucarne française. Et elle l’a dénichée sur Arte, dans la mini-série Fiertés de Philippe Faucon, qui raconte le cheminement de la reconnaissance des droits des gays à travers trois dates clés (1981, la dépénalisation de l’homosexualité ; 1999, l’adoption du Pacs ; 2013, le mariage pour tous) et en suivant le parcours d’un homme, de son coming out adolescent à son désir d’enfant une fois devenu adulte.

Si certaines séquences versent un peu trop dans la didactique à coups de dialogues peu naturels, et que chaque épisode aurait mérité une saison, on s’attache immanquablement à Victor, Serge, Diego et compagnie. La série a aussi le mérite de montrer à travers le personnage du père, homophobe dans les années 1980, comment les gens peuvent évoluer positivement. Un message de tolérance, d’espoir et d’amour. (MO)

Fiertés est diffusée sur Arte.

#7. J’ai deux amours

Dramédie sensuelle et lumineuse, J’ai deux amours raconte la vie amoureuse bien compliquée d’un homme bi, en couple depuis longtemps avec un homme, qui va renouer avec un amour de jeunesse féminin. À la fois vaudeville très français (les mensonges amènent à des quiproquos et situations comiques) et ode à la liberté amoureuse et sexuelle, la série met en scène une belle variété de désirs et ose aller là où personne ne s'est aventuré en France, proposant des séquences de sexe hétéro et gay en split-screen ou encore une scène de sexe entre une femme enceinte et son date féminin. Seul regret : la série s’arrête au moment où commence vraiment une situation de polyamour des plus intrigantes. Une saison 2 peut-être ? (MO)

J’ai deux amours est diffusée sur Arte.

#8. Les Engagés, saison 2

Suite à une première saison des plus efficaces, la websérie injustement sous-estimée de Sullivan Le Postec s’est octroyé un come-back remarqué en 2018. Bien qu’elle soit un peu fouillis, avec un grand nombre d’intrigues entremêlées, compactées en une durée trop minime, cette saison 2 des Engagés est importante de par sa symbolique.

Rarement, en France, a-t-on vu une série d’une telle envergure s’attaquer à une foultitude de thématiques peu abordées comme la transidentité, les violences conjugales ou encore le combat des migrant·e·s homosexuel·le·s. Une série avec du cœur sur laquelle beaucoup devraient prendre exemple. (FQ)

La deuxième saison des Engagés est disponible sur Studio 4.

Ce top a été rédigé par Marion Olité et Florian Ques. 

Par Marion Olité, publié le 21/12/2018

Copié

Pour vous :