Ⓒ NBC

David Schwimmer aimerait voir un reboot de Friends au casting 100 % noir ou asiatique

I'll be there for you !

L’inoubliable interprète de Ross dans Friends – dont on a pu apprécier récemment les talents d’acteur dans American Crime Story ou le revival de Will & Grace – a eu l’honneur de faire l’objet d’un portrait dans The Guardian. Inévitablement, il a répondu à quelques questions concernant le succès de la sitcom culte, qui connaît une nouvelle jeunesse depuis sa mise en ligne sur Netflix aux USA et en Europe. Si en France, le géant américain a pu conserver les droits de diffusion jusqu’ici, aux États-Unis, la série a été enlevée du catalogue, et est attendue sur la plateforme HBO Max pour mai 2020. 

Toujours est-il qu’une nouvelle génération de spectateur·ice·s a pu avoir accès à la comédie qui met en scène les galères, les amitiés et les amours d’une bande de potes inséparables. Effet imprévu : ce nouveau public de millennials woke a apprécié la série, mais l’a aussi critiquée, notamment pour son manque de diversité. David Schwimmer est revenu sur cette polémique : 

Publicité

"Il devrait peut-être y avoir un reboot de Friends avec un casting entièrement noir ou asiatique. Mais j’avais déjà bien conscience du manque de diversité à l’époque, et j’ai milité pendant des années pour que Ross "date" une femme racisée. L’une des premières petites amies de Ross est une femme d’origine asiatique et plus tard, il sort avec une femme afro-américaine. C’était un effort très conscient de ma part." 

© NBC

L’acteur poursuit :

Publicité

"C’est aussi intéressant la façon dont la série a géré le judaïsme des personnages. Ce n’était pas révolutionnaire ou pionnier, mais j’étais content qu’au moins un épisode ne parle pas que de Noël, mais aussi d’Hanoukka, même si je suis dans un costume de tatou. Je me réjouis que le show ait témoigné de l’existence de différentes religions."   

Revenant sur les accusations de grossophobie, d’homophobie et d’un manque général de conscientisation de la série, David Schwimmer invite le public à replacer l’œuvre dans son contexte historique :

"La vérité, c’est que Friends a été révolutionnaire en son temps, notamment sur la façon dont le show a traité les relations sexuelles sur un mode casual, en abordant aussi le sexe protégé, le mariage gay et les relations amoureuses. Dans le pilote de la série, la femme de Ross le quitte pour une autre femme, et j’assiste au mariage entre les deux."

Publicité

On pourra arguer du fait que ce couple est très peu présent ensuite dans la série et n’apparaît que quand Ross a des doutes sur sa masculinité, mais on comprend aussi le point de vue de l’acteur. Friends était en effet à ranger du côté des sitcoms progressistes lors de sa diffusion sur NBC (1994-2004).  

Par Marion Olité, publié le 28/01/2020