© HBO

On a décrypté le nouveau générique de la saison 8 de Game of Thrones

Il regorge de détails qui en disent long sur les derniers épisodes. Attention, spoilers.

Depuis huit ans, le générique d’introduction de Game of Thrones fait danser, chanter voire hurler les fans de la série. C’est un des rares et derniers moments de communion devant la télévision, appelée à disparaître avec la multiplication des plateformes de streaming. À l’occasion de l’ultime saison de la série, les showrunners D.B. Weiss et David Benioff ont décidé de lui offrir un lifting grâce au talent d’Elastic, la société de design qui a refaçonné la séquence.

Publicité

Dans une interview accordée à Vulture, les créateurs de Game of Thrones ont affirmé leur souhait de modifier le générique depuis quelques années déjà. Ils ont finalement pris une décision définitive en juin 2017, contactant les dirigeants d’Elastic. L’idée première a toujours été de créer une simulation à travers d’Essos et de Westeros, une expérience artistique qui reflète l’histoire des deux continents, les rouages de la société des Sept Couronnes et les enjeux de l’intrigue. Ainsi, on voyageait à travers les multiples cités de cet univers, tout en découvrant les destinations présentes dans l’épisode.

C’est un peu différent pour la saison 8, comme l’explique le designer Kirk Shintani à Vulture : "Cette saison est plus intime et terre à terre. Narrativement parlant, on ne fait pas que voler de destination en destination, mais on les resserre pour parler plus en profondeur de l’histoire." L’épisode "Winterfell" confirme les dires de Kirk Shintani, puisque le spectateur est transporté dans seulement trois lieux, à savoir la demeure des Stark, le château d’Âtre-lès-Confins et Port-Réal. Et la caméra plonge en profondeur dans ces trois bâtiments, pour explorer le cœur des rouages du récit qui s’apprête à prendre fin.

Les gravures de l’Astrolabe

Le générique a été modifié mais son déroulement respecte toujours un schéma similaire. Le premier plan de la séquence débute sur un des anneaux de métal de l’Astrolabe, appareil d’astronomie et orbe de lumière qui éclaire également la Citadelle de Braavos. Sur celui-ci, on admire depuis sept saisons des gravures représentant des moments historiques de Game of Thrones : la première s’ouvrait toujours sur la chute de Valyria, cité ancestrale des Targaryen, puis la rébellion de Robert Baratheon avant de se refermer sur son règne en amont de la guerre des Cinq Rois.

Publicité

Désormais, ces trois pictogrammes ont été remplacés par l’événement le plus marquant et dramatique de la période de la série : la chute du Mur. L’ultime barrière de protection entre les Marcheurs blancs et le monde des Hommes est tombée sous les puissantes flammes bleues de Viserion, ramené à la vie par le roi de la Nuit. La scène, à la fois sublime et glaçante dans l’épisode "The Dragon and the Wolf", est désormais littéralement inscrite "dans le marbre" de l’Astrolabe, dans le cours du temps de Westeros.

Le générique de la saison 1. (© HBO)

Le générique de la saison 8. (© HBO)

Publicité

Les anneaux de l’Astrolabe surgissent une deuxième fois au cours de la séquence, pour rappeler aux spectateurs le passage le plus choquant de toute l’histoire de Game of Thrones : les Noces Pourpres ou Red Wedding en VO, point d’orgue de l’épisode "The Rains of Castamere" de la saison 3. On aperçoit trois gravures dorées différentes sur les bandes de l’orbe, chacune représentant les forces en présence.

Sur la gauche, on observe un lion, emblème des Lannister et plus particulièrement de l’instigateur de cette trahison, Tywin. Il tient dans sa gueule une truite, le symbole de la maison Tully. Pour rappel, les Noces Pourpres étaient à la base manigancées pour le mariage d’Edmure Tully, l’oncle de Robb Stark, et Roslin Frey. Au centre, on remarque la demeure des Jumeaux, lieu maudit du terrible Walder Frey, deuxième personnage à l’origine du Red Wedding.

Vous n’aurez peut-être pas reconnu le troisième symbole à droite et pour cause : il s’agit de l’homme écorché, emblème de la maison Bolton, famille dont les membres sont dépeints comme des tortionnaires et des bourreaux tout au long de la série. Roose Bolton complète le trio de traîtres à avoir conspiré contre les Stark.

Publicité

Le générique de la saison 1. (© HBO)

Le générique de la saison 8. (© HBO)

Enfin, les anneaux de l’Astrolabe apparaissent une troisième et dernière fois. Là, la scène représentée est bien plus cryptique. Quatre dragons, un grand et trois petits, volent au-dessus d’une armée de cavaliers. Les hommes sur les chevaux incarnent possiblement les Dothrakis, ce qui voudrait dire que les quatre créatures ailées symbolisent respectivement Daenerys et ses trois enfants, Drogon, Rhaegal et Viserion.

Si on fouille un peu plus loin, on remarque une comète rouge prête à s’écraser sur Westeros. Dans les livres de George R.R. Martin, c’est le passage de cet astre qui a convaincu Daenerys de traverser le désert rouge d’Essos. On a également aperçu la comète dans la saison 2 de Game of Thrones, interprétée par le peuple de Winterfell comme le sang de Ned Stark qui ne demandait qu’à être vengé. Mais pour d’autres personnages comme Osha et Vieille Nan, la comète rouge est la matérialisation d’une ancienne prophétie.

Le passage de cet astre dans le ciel indiquerait la renaissance des dragons. Et effectivement, la Khaleesi a "donné naissance" à trois créatures ailées, pourtant disparues de Westeros depuis de longues années. Mais les quatre dragons de l’Astrolabe pourraient aussi être une métaphore de quatre Targaryen déployant leurs ailes pour dominer le royaume des Sept Couronnes.

Là, les théories vont bon train : s’agit-il des enfants de Jon, alias Aegon, et Daenerys ? Est-ce que Cersei, Jaime voire Tyrion Lannister sont en réalité des Targaryen comme le soulève une inquiétante théorie sur leur mère, Joanna Lannister, et le Roi Fou ? Autrement dit, le nouveau générique de Game of Thrones nous laisse penser qu’une nouvelle ère targaryenne verra le jour après la victoire contre les Marcheurs blancs.

Le générique de la saison 1. (© HBO)

Le générique de la saison 8. (© HBO)

La glace et le château d’Âtre-lès-Confins

Plongeons maintenant dans le vif du sujet : les cités et monuments de Westeros qui s’élèvent tour à tour. Avant de pénétrer sur les terres de la maison Omble, remarquons que le générique débute au-delà du Mur, alors que la caméra traverse le trou béant creusé par Viserion. Il se forme alors sur le sol un chemin de glace, qui symbolise clairement le passage de l’armée des morts.

Dans le cadre de l’épisode 1, on remarque que le trajet de cette piste gelée, qui s’arrête pour le moment au château de Ned Omble, correspond étrangement à l’avancée des Marcheurs blancs : du nord au sud, d’Âtre-lès-Confins à Port-Réal en passant par Winterfell. Vous l’aurez compris, la piste de glace du générique continuera très certainement de progresser tout au long de la séquence d’introduction de la saison 8, manifestation visuelle des dégâts et des déplacements du roi de la Nuit et ses morts-vivants.

Au pied du Mur, on observe la formation de la glace au sol, alors que les Marcheurs blancs se rapprochent de Winterfell. (© HBO)

L’armée de zombies glacés fait une première halte à Âtre-lès-Confins, château de la maison Omble désormais dirigé par le jeune Ned. La première fois qu’on découvre le nouveau générique, on ignore encore tout de la mort horrible que lui réserve le roi de la Nuit : empalé sur le mur de sa demeure, transformé en spectre, entouré d’une spirale composée de membres humains, Ned se réveille lors du passage de Tormund, Beric et les Gardes de la nuit, assistant horrifiés à l’embrasement de ce symbole sordide.

En réalité, nous étions prévenus de la fin sanglante de l’épisode "Winterfell" depuis le début du générique. Quand la caméra survole le château des Omble, on note une montagne en forme de spirale, annonciatrice du sort funeste réservé au jeune Ned. La piste de glace s’arrête au niveau de la Dernière Rivière, alors que l’armée des morts a sa prochaine cible en vue : Winterfell.

La spirale qui entoure le château des Omble, alors que la glace commence à l’entourer. (© HBO)

Winterfell, la demeure des Stark

On rejoint donc logiquement une destination privilégiée du générique, Winterfell, présente depuis le pilote de la série. Comme toujours, le point d’ancrage de la cité est l’imposant barral des jardins extérieurs, dont les feuilles sont plus mortes que jamais. La caméra plonge ensuite au cœur de la cour, avant de s’enfoncer dans la pénombre des cryptes où reposent les ancêtres de Bran, Arya et Sansa.

Pour justifier cette volonté d’explorer les cités en profondeur, les showrunners de Game of Thrones expliquent qu’ils étaient las des plans de voyage dans le précédent générique, "affreusement interruptifs". Ils souhaitaient également plus de cohérence avec la forme sphérique de l’Astrolabe : dans une sphère, on ne voit pas l’horizon, d’où la volonté d’opter pour des destinations définies et fermées. Auparavant, D.B. Weiss et David Benioff interprétaient la caméra baladeuse comme un corbeau volant au gré du vent balayant Westeros.

Difficile de la discerner dans l’obscurité, mais Kirk Shintani a confirmé que la statue présente dans le générique était bien celle de Lyanna Stark, la mère de Jon Snow. Là encore, la séquence d’ouverture nous tease les événements à venir dans l’épisode, à savoir la révélation des origines d’Aegon Targaryen par Sam. Si le roi de la Nuit venait à pénétrer dans ce lieu sacré, la théorie autour du retour de Ned Stark tendrait d’ailleurs à se confirmer.

Le barral ancestral de Winterfell. (© HBO)

Les cryptes de Winterfell, avec la statue de Lyanna Stark sur la gauche. (© HBO)

Le trône de Fer et le Donjon rouge de Port-Réal

Tout comme l’armée des morts, nous continuons notre progression vers le sud de Westeros jusqu’à Port-Réal. La capitale des Sept Couronnes est également présente dans le générique depuis le pilote de Game of Thrones, secouée par de nombreux événements dont l’exécution de Ned Stark, la conspiration du Purple Wedding ou encore l’impressionnante explosion du Grand Septuaire de Baelor en saison 6.

Après avoir survolé la cité, la caméra plonge une nouvelle fois dans ses entrailles. On traverse le Donjon rouge et les lieux emblématiques qui le composent : la tour de la Main, la citadelle de Maegor, la tour de la Blanche Épée, la crypte aux Vierges, la promenade du Traître et les cachots, répartis sur quatre niveaux. On y trouve notamment les balistes de Qyburn et le crâne de Balerion La Terreur, l’un des plus puissants dragons qui ait jamais existé à Westeros.

La visite de Port-Réal se termine, forcément, dans le Grand Hall, où repose le trône de Fer. Ici, le générique nous rappelle que l’enjeu politique est toujours au centre de Game of Thrones, même dans sa dernière saison, même si les Marcheurs blancs ont passé le Mur. Impossible de manquer l’emblème du lion qui surplombe la salle, signe que Cersei est toujours au pouvoir. Pas sûr que le roi de la jungle reste éternellement dans ce nouveau générique, peut-être même qu’un dragon ou un loup viendra le remplacer dans l’ultime épisode de la série.

Le crâne de Balerion dans les souterrains de Port-Réal. (© HBO)

Le trône de Fer dans le Grand Hall. (© HBO)

En France, la saison 8 de Game of Thrones est diffusée toutes les semaines dans la nuit de dimanche à lundi sur OCS City, en simultané avec les US.

Par Adrien Delage, publié le 17/04/2019

Copié

Pour vous :