© HBO

Des chercheurs ont calculé les chances de survie des personnages de Game of Thrones

On apprend notamment que les femmes de la noblesse ont plus de chances de survie que les hommes.

© HBO

Cette année, Game of Thrones répondra à l’une des questions les plus débattues de la pop culture : qui finira sur le trône de Fer ? Bien entendu, cette révélation implique qu’un personnage majeur de la série survivra au terme de la Grande Guerre opposant les hommes aux Marcheurs blancs. Plutôt que d’en faire un palabre de comptoir autour d’une bière, des chercheurs australiens affiliés à l’université Macquarie de Sydney ont décidé de déterminer la typologie du survivant parfait dans le monde dangereux de Westeros.

Publicité

Pour ce faire, Benjamin Brown et Reidar Lystad ont revisionné l’intégralité des 67 épisodes de Game of Thrones, avant de monter une étude statistique en prenant en compte les morts des personnages, à travers des caractéristiques tels que leur sexe, leur affiliation, leur statut social, le niveau de violence de leur trépas, leur religion, etc. Leurs travaux ont été publiés dans le journal de leur université, Injury Epidemiology, disponible gratuitement en ligne. Les deux chercheurs y expliquent en détail leur méthodologie, leurs calculs et ce qui nous intéresse le plus, leurs résultats.

Ainsi, on apprend sans trop d’étonnement que les morts très violentes à l’écran (type Joffrey ou Oberyn) sont les causes de décès les plus fréquentes dans la série. La durée de vie dans Game of Thrones peut également être très courte : 14 % des nouveaux personnages meurent dans d’atroces souffrances seulement une heure après leur introduction. Enfin, la saison 7 est la moins meurtrière de toute la série (6 morts de personnages importants), contrairement à la toute première (101 morts de personnages importants), où l’âme sadique de George R. R. Martin et des showrunners D. B. Weiss et David Benioff a parlé.

Justice pour les Stark ?

Exemple de tableau rassemblant les caractéristiques prises en compte par Reidar Lystad et Benjamin Brown pour leur étude. (© Injury Epidemiology)

Publicité

Quand on se plonge dans leur étude sur les traits de caractère, on découvre que les hommes de la classe populaire, qui restent fidèles à un seul souverain tout du long et apparaissent régulièrement à l’écran, incarnent le pire type de survivant. Ramsay Bolton en a par exemple fait les frais, tandis que les Greyjoy tiennent bon pour le moment. À l’inverse, des femmes nobles telles que les filles Stark risquent bien d’assister à l’ère post-Marcheurs blancs.

En effet, Arya et Sansa sont issues d’un milieu aristocratique et d’une famille reconnue dans l’histoire du royaume des Sept Couronnes. De plus, elles changent régulièrement d’allégeance : la souveraine de Winterfell s’est alliée aux Lannister, avant de rejoindre Littlefinger pour finalement prendre son indépendance. La voie empruntée par Arya est un peu plus subtile, puisque c’est son passage chez les Sans-Visages qui change la donne. Autrement, la talentueuse épéiste est restée jusqu’à preuve du contraire fidèle à sa patrie.

On compte seulement deux exceptions : Tyrion et Jon Snow. Le Nain a totalement relancé les dés en tuant son père et en trahissant ouvertement sa propre famille, sans oublier de mentionner son mariage forcé à Sansa et sa promesse de servitude à Daenerys. Quant au roi du Nord, il fausse toutes les statistiques puisqu’il est revenu de l’au-delà. "En ce qui concerne les personnages ressuscités comme Jon Snow, nous ne les avons pas comptés comme mort s’ils ont survécu et continuent d’apparaître régulièrement à l’écran, explique Reidar Lystad dans son rapport. Pour le moment, ils restent dans la catégorie des vivants."

Publicité

Évidemment, les fins heureuses ne sont pas vraiment la spécialité de George R. R. Martin. Les Stark ont techniquement plus de chances de survie que Daenerys ou Cersei, mais nous ne sommes pas à l’abri d’un twist de l’ordre du Red Wedding dans l’ultime saison de Game of Thrones. Enfin, les deux chercheurs ont uniquement inclus dans leur étude des êtres humains, laissant de côté, les Marcheurs blancs, les Spectres, les loups géants et les Enfants de la Forêt. Voilà qui laisse une nouvelle chance au roi de la Nuit et son armée de morts de massacrer l’espèce humaine pour régner en maître sur la terre des vivants…

Par Adrien Delage, publié le 25/01/2019

Copié

Pour vous :