AccueilSéries

Coup de cœur websérie : les anges gardiennes aussi ont besoin d’une thérapie dans Avant-Guardians

Publié le

par Damilola Animashaun

L’humour contagieux de cette ange gardienne vous donnera envie d’en avoir une.

Parfois, en surfant sur YouTube, on se perd dans un trou intergalactique dont on ressort en ayant perdu foi en l’humanité. D’autres fois, dans ces mêmes espaces intersidéraux, il nous arrive de tomber sur quelque chose qui nous accroche, une pépite : c’est comme ça qu’on a trouvé Avant-Guardians.

Cette websérie a été imaginée par Alesia Etinoff, une comédienne de stand-up basée à LA. Dans cette comédie dramatique composée de 7 épisodes, la créatrice se met dans la peau de Razz, l’ange gardienne d’un garçon de 12 ans appelé à devenir le 3e président noir des États-Unis. Étant donné l’importance de sa mission, notre héroïne céleste doit rencontrer régulièrement une ange thérapeute, le Dr. Hanniel, pour s’assurer qu’elle n’échoue pas.

Chaque épisode nous plonge dans ce cabinet de thérapie où les deux femmes abordent, non sans humour, le racisme rampant et autres discriminations inventées par ces humains de bas étage. Sur un site dédié à la websérie, Alesia Etinoff explique :

"Je voulais commenter l’état de la société – l’impact du racisme, du sexisme, de la transphobie, de l’homophobie dans la vie de tous les jours –, mais en adoptant le point de vue d’une personne qui semble détachée, même si elle reste investie, comme pourrait l’être un·e ange gardien·ne."

Malgré la gravité des sujets abordés, on ne peut s’empêcher de sourire quand Razz parle de son protégé, "Creepy Charlie" (Charlie le Chelou), un garçon destiné à un avenir brillant… mais qui finit à l’hôpital après s’être fourré un coton-tige dans le "mauvais trou".

"Je veux transmettre l’idée que personne n’est perdu d’avance, et personne ne peut prédire ou dénigrer le futur de quelqu’un, parce qu’en tant qu’humains, nous n’avons pas ce pouvoir", continue Alesia Etinoff. Que Charlie se rassure, il est en de très bonnes mains, enfin, de très bonnes ailes. Les sept épisodes durent moins de 5 minutes et sont tous disponibles sur YouTube. On vous met le premier ci-dessous. Préparez-vous à binge-watcher.

Traduit de l’anglais

À voir aussi sur biiinge :