Marvel’s Jessica Jones

Michael Gaydos : "Jessica Jones est un des personnages les plus subversifs de Marvel"

À l'occasion de l'arrivée de la série Marvel's Jessica Jones sur Netflix, l'illustrateur des comics, Michael Gaydos, expose ses planches à la Galerie Arludik jusqu'au 2 janvier 2016. L'occasion de revenir avec lui sur les origines de la justicière et sa transposition en série. Rencontre avec un artiste passionné.

michael-gaydos

Michael Gaydos (Marion Olite pour Konbini)

Biiinge | Le personnage de Jessica Jones a été créé en 2001 (avec la série Alias composée de 28 numéros, puis Pulse qui en compte 14). Quel souvenir gardez-vous de cette création ?

Publicité

Michael Gaydos | Si je me souviens bien, Brian [Brian Michael Bendis, l'auteur des BD Jessica Jones, ndlr] avait été approché car Marvel lançait la ligne Max [comics plus adultes avec du contenu explicite, ndlr] et cherchait des idées. Il venait de finir d'écrire Jinx, un personnage féminin réaliste et complexe qui évolue dans une ambiance de film noir. J'avais déjà un peu travaillé avec Brian sur de courtes histoires pour DC Comics et sur quelques pages de Jinx.

Il a été voir Marvel avec ces pages sous le bras en leur disant qu'il voulait travailler avec moi et ils ont été assez fous pour lui dire "okay !" (rires). J'ai eu le script de Jessica Jones, que Brian m'a expliqué en détail. Il n'avait pas d'idée arrêtée sur ce à quoi elle devait ressembler physiquement.

De mon côté, j'étais aux anges et j'ai même été très surpris qu'ils acceptent de me prendre. Au début des années 2000, les comics Marvel étaient assez lisses. Je ne rentrais pas dans leur moule. Je m'attendais à tout moment à ce que quelqu'un s'en rende compte et me dise : "oups, mauvaise idée, on a fait une erreur !"(rires).

Publicité

"Jessica boit trop, parle comme un charretier et doit composer avec ses démons."

Comment définiriez-vous le personnage de Jessica Jones ?

C'est une ancienne super-héroïne qui n'était pas vraiment faite pour ce job. Elle s'est donc reconvertie en détective privée. Elle gravite en périphérie du monde des super-héros. Il y a beaucoup de connexions entre eux. Sinon, c'est un personnage qui a pas mal de soucis. Elle boit trop, parle comme un charretier et doit composer avec pas mal de démons. Elle fait partie des gentils et essaie de faire le bien, mais c'est dur.

Publicité

expo-jessica-jones

Elle cherche sa propre voie. Heureusement, elle peut se reposer sur quelques amis proches parmi les super-héros, comme Carol Danvers, Luke Cage, puis Matt Murdock. Si je devais définir Jessica en trois mots, je dirais forte, un peu garce et humaine.

Jessica Jones fait partie de ces personnages un peu secondaires de l'univers Marvel, qui peuvent se révéler un peu tarés. Kilgrave, son grand ennemi, n'était pas si effrayant avant que Brian ne le reprenne. Dans les comics JJ, il est devenu ce personnage psychotique et super flippant.

Publicité

D'où Jessica tire-t-elle ses pouvoirs ?

De la façon la plus banale possible pour une super-héroïne. Elle était en voiture avec sa famille quand un convoi de l'armée rempli de produits toxiques non-identifiés est passé au même endroit. Sa famille meurt sur le coup dans l'accident et Jessica survit, mais elle est contaminée par ces produits.

Peut-on dire que Jessica Jones est l'un des personnages féminins les plus subversifs créés par Marvel ?

Oui, je pense que l'on peut dire cela. La BD commence par le mot "fuck" et dès le premier numéro, il y a des planches qui parlent de sexe. C'était effectivement un peu la première fois que ce genre de choses arrivaient dans un comic Marvel. Je me souviens d'ailleurs que le premier tome a eu pas mal de soucis pour être imprimé. Le premier imprimeur auquel on s'est adressé a carrément refusé le job !

Jessica Jones est aussi subversive dans le sens où il s'agit du personnage le plus humain de l'univers Marvel. Elle doit gérer des relations auxquelles on peut s'identifier. Il n'y a pas toujours de grandes trahisons et de costumes brillants.

jessica-jones

Krysten Ritter incarne Jessica Jones dans la série de Netflix. (©Netflix)

Imaginiez-vous alors que Jessica Jones puisse devenir une série ?

Absolument pas ! C'est complètement fou. Ça va me prendre un moment pour digérer tout ce qui arrive. Marvel a tellement de personnages dans son catalogue que je n'aurais jamais pensé qu'un personnage créé il y a à peine 15 ans ait son propre show. C'est dingue et cela m'a permis de venir à Paris exposer mon travail.

Aviez-vous déjà exposé vos planches ailleurs, aux États-Unis peut-être ?

Non, j'ai toujours été réticent à l'idée de montrer mon travail. Aux Etats-Unis, les illustrateurs de comics ne sont pas autant considérés comme des artistes qu'en Europe. Cela arrive mais c'est vraiment rare de voir une galerie d'art occupée par des comics là-bas. Pour cette exposition, Netflix me l'a proposé et je ne me voyais pas dire non. Et puis les choses évoluent grâce au succès des films et des séries de super-héros. L'industrie des comics revient sur le devant de la scène et nous sommes logiquement plus exposés. Je me sens donc plus légitime à exposer mon travail maintenant.

Un comic digital disponible en ligne a été mis en ligne récemment, dans lequel Jessica croise la route d'un certain Matt Murdock, aka Daredevil...

Netflix voulait offrir quelque chose aux fans de la Comic Con de New-York, qui servirait aussi à faire connaître un peu le personnage de Jessica Jones. Avec Brian, nous avons donc réfléchi à cette petite histoire de 8 pages, qui constitue une sorte d'introduction à la série, et dans laquelle on a aussi mis Daredevil, puisque son show est aussi sur Netflix. Il fallait dessiner une Jessica Jones à cheval entre Krysten Ritter, qui l'incarne dans la série, et celle des comics originaux.

jj-cover

La couverture du comic digital

Comment décririez-vous sa relation avec Matt Murdock ?

Elle est surtout professionnelle. Jessica croise Matt plusieurs fois dans les comics Alias. Il ne lui a jamais dit qu'il était Daredevil, mais elle sait (rires). Il y a une fois aussi où elle joue les gardes du corps pour Matt. La scène apparaît dans les comics Daredevil et dans les comics Alias.

Peut-être verrons-nous cela dans la saison 2 de Marvel's Jessica Jones...

Je ne sais pas ! Daredevil apparaît peut-être dès la saison 1, je n'en sais rien ! Je n'ai vu que le premier épisode de la série.

"Jessica et Luke forment un couple mixte, ce qui est assez rare dans le monde des comics"

L'homme très présent dans la vie de Jessica Jones est Luke Cage. Comment définiriez-vous leur relation ?

Elle est très intéressante. Brian aime utiliser des personnages un peu secondaires de l'univers Marvel pour les faire interagir avec d'autres et pousser leur potentiel. Et puis Jessica et Luke forment un couple mixte, ce qui est assez rare dans le monde des comics. Leur relation est plutôt normale, faite de hauts et de bas.

Ils font des erreurs et trébuchent, mais je pense qu'à la fin de la journée, ils se font vraiment confiance. Jessica a vraiment du mal avec cet aspect des relations avec les autres. C'est donc hyper important qu'elle lui fasse confiance. Il couvre ses arrières sans qu'elle ait besoin de lui demander.

luke-cage

Cela doit être à la fois cool et étrange de voir son travail transformé en série. Avez-vous reconnu le ton du comic ?

Oui, j'ai été complètement bluffé. Je trouve la série géniale. J'ai vu le premier épisode à la Comic Con de New-York, en compagnie de 3000 personnes. C'était une expérience assez incroyable. J'ai adoré ce pilote, et je l'ai trouvé fidèle aux comics. Ils ont repris certaines scènes intégralement. La première scène, où elle jette un type qui brise sa porte d'entrée, existe telle quelle dans les BD. Il y a même de petits détails qui concordent, comme le dessin dans la chambre de Jessica, qui est le même que celui des comics. J'ai trouvé Jessica Jones fantastique.

"Marvel's Jessica Jones est très fidèle aux comics. Ils ont su en saisir l'essence"

Avez-vous été impliqué d'une manière ou d'une autre sur le show ?

Non, mais je sais que Brian a été consulté au début. Le fait qu'ils aient été si fidèles à notre univers me touche beaucoup. Ils n'étaient pas du tout obligés de faire ça. Ils ont juste été séduits par le matériel d'origine et c'est très gratifiant.

Diriez-vous que la série est aussi sombre et politiquement incorrecte que les comics ?

Mhhhh... Pour ce que j'en ai vu, je dirais qu'ils sont très proches du ton des comics en effet. Ils ont réussi à saisir l'esprit de Jessica Jones. Mais dans l'autre sens, c'est aussi une formidable opportunité d'amener les fans de la série vers les comics. La série pourrait apporter plus de lectrices, ce qui permettrait de continuer à imaginer davantage de femmes fortes.

C'est très important. Les super-héroïnes sont plus présentes et du coup, les actrices qui les incarnent sont davantage impliquées et consultées qu'avant. Ces rôles deviennent plus complexes et jouissifs à incarner. Et cela fera de meilleurs films ! En tout cas, si la série vous donne envie de lire les comics, c'est que le boulot a été fait (rires).

Quel comic book ou personnage aimeriez-vous personnellement voir adapté en série ?

Il y a un comic assez vieux de Frank Miller, Ronin, que j'aimerais beaucoup voir adapté en série ou en film. C'est un univers de science-fiction futuriste dans un style samouraï. C'était vraiment un comic très cool.

Par Marion Olité, publié le 09/11/2015

Copié

Pour vous :