De Princesse Sarah à Hamtaro, les années folles de Midi les Zouzous en 8 séries

Pendant qu’Olive et Tom s’acharnaient sur le terrain de foot, Jeanne et Serge flirtaient entre deux passes de volley-ball. C’était ça, les années jeunesse de France 5.

© Nippon Animation/Aniplex / © ‎Tsuchida Production / © Kika

Les gosses qui avaient la chance d’éviter la cantine et ses plats industriels réchauffés (on ne peut pas tous avoir un self-service trois étoiles) pouvaient se précipiter chez eux et brancher leur télé sur France 5. Un peu à l’image de M6 Kid les mercredis après-midi, Midi les Zouzous était le créneau jeunesse à ne pas manquer en semaine pour les kids accros aux dessins animés. Des marionnettes WTF aux animes japonais perchés, il y en avait pour tous les goûts. Focus sur ces programmes qui rendaient nos pauses déj' mémorables.

Publicité

Olive et Tom (1983-1986)

Publicité

Qu’on soit adepte du ballon rond ou non, impossible de résister aux tribulations du tandem iconique d’Olive et Tom. Alors certes, oui, un match de foot dans cet anime nippon pouvait s’éterniser sur plusieurs épisodes, un peu à la Yu-Gi-Oh! et ses combats de monstres quelques années plus tard. D’abord adversaires, Olivier et Thomas finissent par jouer pour la même équipe et lier une amitié solide qui nous a maintes fois inspirés, avouons-le. Le détail plutôt cool, c’est que la franchise Olive et Tom est encore d’actualité avec une prochaine série d’animation en chantier.

Jeanne et Serge (1984-1985)

Publicité

Oui, Midi les Zouzous avait une affection toute particulière pour les animes sportifs. La preuve avec Jeanne et Serge, centrée sur une rouquine athlétique qui emménage à Tokyo et se découvre une passion dévorante pour… le volley-ball. Oui, mais pas que, étant donné que la jeune lycéenne tombe aussi raide dingue de Serge, le brun mystérieux de l’équipe masculine de l’établissement. En une cinquantaine d’épisodes, on suivait la montée en puissance de Jeanne dans le domaine sportif (elle finit quand même aux JO) ainsi que les débuts de leur relation 100 % love. Impossible de ne pas se souvenir des paroles entêtantes du générique français.

Princesse Sarah (1985)

Au rayon des imports japonais tirés de mangas, France 5 faisait fort. Princesse Sarah ne déroge pas à la règle et demeure encore aujourd’hui emblématique de Midi les Zouzous. Fille d’un riche businessman, Sarah, 8 ans, est placée dans un pensionnat pour jeunes filles afin de recevoir une éducation digne de ce nom pendant que son père vaque à ses occupations. Après sa triste mort, notre jeune héroïne se retrouvait reléguée au rang de souillon et dans le collimateur de nombreuses personnes qui ont toujours envié sa candeur et sa simplicité, comme la pimbêche Lavinia et ou encore l’exécrable Mademoiselle Mangin. Non, vraiment, elle en a sacrément bavé la petite Sarah, mais on était peut-être trop obnubilés par notre repas du midi pour y prêter attention.

Publicité

Les Malheurs de Sophie (1998-1999)

En parlant de gamines qui ont un quotidien pourri, venons-en à Sophie. Après un naufrage où elle perd sa mère et la maladie à laquelle succombe son père, cette petite orpheline se voit contrainte d’être adoptée par l’abominable Mme Fichini, une bourgeoise disgracieuse qui prend un malin plaisir à faire de Sophie sa martyre. Heureusement, malgré les coups de fouet incessants de son bourreau, la jeune fille trouvera un semblant de bonheur auprès de ses amies Camille et Madeleine. En clair, quand vous pensez que votre vie craint sérieusement, relativisez en pensant aux Malheurs de Sophie.

Simsala Grimm (1999-2000)

Tout droit venue d’Allemagne (une fois n’est pas coutume), Simsala Grimm s’intéressait, comme son nom le laisse entendre, aux contes des frères Grimm, ici revisités pour notre plus grand plaisir. Yoyo et Doc Croc, deux animaux pas faciles à identifier, étaient plongés à chaque épisode dans le monde d’un des contes de fées mis à l’honneur. Ce duo bestial pour le moins atypique venait alors prêter main-forte à des personnages fictifs cultes de notre enfance, de Raiponce à Blanche-Neige. Et si vous l’aviez ratée, une seconde saison du dessin animé est parue au début des années 2010. On pose ça là.

Magical DoReMi (1999-2003)

Bien avant que les fées du Winx Club imposent leur règne sur France 3, Midi les Zouzous avait son propre quota d’héroïnes dotées de pouvoirs magiques impressionnants avec Magical DoReMi. Dorémi, Sophie et Émilie sont des élèves en classe primaire tout ce qu’il y a de plus banales… à ceci près qu’elles sont des apprenties sorcières destinées à lutter contre les forces du mal. Très coloré et dynamique, cet anime japonais était sacrément distrayant et représentait un must-see pour les adeptes de "magical girls" à la Sakura, chasseuse de cartes.

Hamtaro (2000-2006)

Vous vous étiez déjà demandé·e ce que pouvaient bien faire vos animaux de compagnie pendant les heures d’école ? Hamtaro était la réponse pour les gosses crédules qu’on était, en quelque sorte. Alors qu’elle mène sa vie d’élève lambda, la jeune Laura est loin de se douter que son hamster, simplement nommé Hamtaro, mène un quotidien des plus survoltés. Dès que sa maîtresse s’absente, celui-ci s’aventure hors de sa cage pour retrouver les autres rongeurs du coin et embarquer dans des histoires juste improbables. Mais Hamtaro, les gars, c’est surtout ce générique culte !

Drôles de p’tits monstres (2001)

Et non, Midi les Zouzous ne proposait pas que des dessins animés devenus mainstream depuis. Il y avait aussi des programmes plus oubliables mais tout aussi perchés créativement parlant. En ligne de mire, Drôles de p’tits monstres, une série de marionnettes made in Australie qui se focalisait sur une école fantastique où chaque élève était une créature bien connue. Medusilla, la gorgone bitchy, Vlad, le vampire stratège, ou encore Cléo, la momie tête en l’air… tous étaient présents dans ce programme que beaucoup doivent avoir zappé de leur mémoire. Ou peut-être pas ?

Par Florian Ques, publié le 26/03/2018

Copié

Pour vous :