Série culte : Roswell ou la quête existentielle d’ados extraterrestres

Parce que les extraterrestres n’ont jamais été aussi sexy (sauf quand Michael avait la coupe de cheveux des Hanson).

© The WB

Parmi tous les teen dramas lancés à la fin des années 1990, Roswell apparaît un peu comme un ovni. Et ça tombe bien puisqu’il est question d’extraterrestres dans cette série diffusée de 1999 à 2002 aux États-Unis sur les chaînes The WB et UPN. Créé par Jason Katims, qui produira plus tard Friday Night Lights et The Path, ce show retrace les tribulations d’une bande d’adolescents de la ville de Roswell dans l’État du Nouveau-Mexique. Dit comme ça, on pourrait penser qu’il s’agit d’un teen drama comme un autre et pourtant, trois des jeunes de la bande sont en réalité des aliens. Venus d’ailleurs mais vivant parmi les humains, ces trois adolescents marqueront à jamais le destin de cette ville et ont surtout marqué toute une génération de teenagers.

Publicité

"Tu viens d’où ? Du Nord ?"

Publicité

"And I won’t go, I won’t sleep, and I can’t breathe until you’re resting here with me." C’est cadeau, c’est pour nous, les trois génériques de la série réunis en une seule vidéo, histoire de vous remettre le thème musical en tête. Bien avant son utilisation dans la rom-com Love Actually, la chanson "Here With Me" de l’artiste britannique Dido, pop et mélancolique, berçait les débuts d’épisodes de Roswell et collait parfaitement à l’ambiance de la série.

Cette dernière faisait partie des heureuses élues sélectionnées par M6 pour figurer dans sa culte et regrettée Trilogie du samedi. Parmi les pionnières des séries surnaturelles pour ados avec la queen Buffy et les sœurs Halliwell, Roswell était un peu une série à part, un peu plus confidentielle que ses deux consœurs, mais tout aussi intelligente et bien écrite. Pour ceux qui le pouvaient, le rendez-vous du samedi soir était donc synonyme de retrouvailles avec nos héros lycéens devenus des modèles, de véritables référents du passage difficile à l’âge adulte.

Publicité

Comme son nom l’indique, la série prend place à Roswell, au Nouveau-Mexique, où une soucoupe volante s’est prétendument crachée en 1947. En sont sortis trois enfants, Max, Isabel et Michael, qui ont réussi à trouver un foyer et à mener une existence humaine paisible. Les deux premiers ont été recueillis par le couple Evans, chaleureux et aimant, alors que Michael a été adopté par Hank, un homme violent dont il s’émancipera par la suite.

Si les trois extraterrestres ont réussi à se fondre dans la masse pendant une majeure partie de leur scolarité, c’est au lycée que les problèmes vont commencer. Un jour où ils se rendent au Crashdown, un restaurant de Roswell, une bagarre éclate entre deux touristes qui finissent par sortir des armes et tirer dans le diner. Liz, serveuse dans le restaurant, est touchée mais sera sauvée par Max grâce à ses pouvoirs. Miraculée et sans égratignures, la jeune femme va mener sa petite enquête sur son sauveur et finira par découvrir sa véritable identité. Depuis ce jour-là, Liz et ses meilleurs amis Maria et Alex vont venir en aide comme ils le peuvent aux trois charmants extraterrestres cachés sur Terre.

Tout au long des trois saisons que compte la série, la bande va être confrontée à des ennemis redoutables, du shérif Valenti au FBI, en passant par des extraterrestres moins sympathiques. Heureusement, ils peuvent compter les uns sur les autres pour surmonter ces épreuves, mais aussi les aléas de la vie et tous les nombreux problèmes que rencontrent les adolescents "normaux". La série se finit sur le mariage de Max et Liz et la remise des diplômes, qui signe pour eux le véritable passage à l’âge adulte et l’acceptation de soi.

Publicité

La scène culte

Comment ne pas parler de la mort déchirante d’Alex, le bon copain un peu nerd de Liz et Maria ? Les filles, forcées de cacher l’identité des aliens, ne lui avoueront la vérité qu’un peu tard. Attachant et profondément gentil, Alex va tout faire pour aider les extraterrestres et tombera même amoureux de l’inaccessible Isabel. Les deux opposés vont finir par s’attirer et nos petits cœurs vont fondre lorsqu’ils franchiront enfin le cap. Il lui fera même un petit strip-tease improvisé pour son anniversaire ! Pourtant, les doutes d’Isabel ne leur permettront pas d’être un véritable couple et ils resteront finalement amis.

Après un voyage en Suède, Alex revient à Roswell dans l’épisode 17 de la saison 2 et décède dans un accident de voiture. Cette tragédie va profondément perturber Isabel, mais surtout Liz qui ne croit pas à cet accident. Elle est persuadée qu’il s’est fait assassiner et décide d'investiguer. Elle pense d’abord qu’il s’agit de Leanna, sa petite amie suédoise, mais la jeune femme fait fausse route. Pendant ses recherches, Max arrive à se remémorer son ancienne vie d’alien et se rapproche de Tess, l’extraterrestre qui lui était promise sur Antar.

Le manipulant sur sa destinée, Tess arrivera à coucher avec Max et tombera enceinte. Ce dernier n’a d’autres choix que de partir à Antar avec Isabel et Michael pour sauver son bébé. Mais le jour du grand départ, dans le season finale, la vérité effrayante éclate enfin. Tess s’est en effet servi de ses pouvoirs pour contrôler l’esprit d’Alex afin d’obtenir des informations précieuses qui renforceront son pacte avec Khivar pour piéger Max. À force de prendre possession de son esprit, Tess a fini par tuer Alex, dont le cerveau était affaibli. Elle a ensuite manipuler Kyle pour qu’il fasse passer sa mort pour un accident de voiture. Finalement, Tess partira seule sur Antar et ne reviendra qu’en saison 3 pour confier son fils à Max et se suicider.

Qui suis-je, où vais-je ? 

© The WB

Roswell étant un peu une série ovni, il est difficile de dire qu’elle n’est qu’un simple teen drama. Bien sûr, le groupe de jeunes rencontre tous les problèmes qu’affrontent les adolescents : amour, sexe, amitié, famille, etc. Et pourtant, la série s’affranchit très vite des codes du teen drama basique en proposant de vraies réflexions sur la nature humaine de manière plus générale et la construction identitaire. À travers le prisme des origines extraterrestres, Roswell réussit à traiter la question qui traverse le plus l’esprit d’un adolescent : qui suis-je vraiment ?

Max, Isabel et Michael sont sans cesse à la recherche de leur véritable identité et de leur planète originelle. Ils rencontreront d’autres extraterrestres, pas toujours respectables (coucou Tess, toi qu’on aimait détester) qui leur fourniront des réponses sur leurs existences parallèles sur la planète Antar. Leur vie sur Terre n’est pas des plus simples, surtout qu’ils ont atterri à Roswell, lieu de tourisme et de célébration du crash de la soucoupe volante. La ville entière leur rappelle donc sans cesse qu’ils ne sont pas chez eux et que leurs congénères ont péri ou sont dans une autre galaxie très lointaine.

On ne va pas se mentir, les effets spéciaux de la série peuvent paraître un peu cheap aujourd’hui avec tous les progrès technologiques faits depuis la fin des années 1990. Mais on peut sans conteste affirmer que les CGI utilisés dans Roswell ont un côté plus rétro et féerique que ceux de Charmed. Même si la série a pris un petit coup de vieux (elle a presque vingt ans !), son message reste universel et parlerait sans aucun doute aux jeunes d’aujourd’hui.

C’est son côté mélancolique, un peu rêveur et romantique qui a conquis les fans de la série, qui se déroule à travers les yeux et la prose de Liz. En effet, cette dernière couche sur son journal intime toutes les épreuves que sa bande et elle traversent. C’est aussi elle qui nous narre l’histoire en voix off. Elle finira d’ailleurs par envoyer ledit journal à ses parents dans le dernier épisode de la série, afin que ces derniers comprennent exactement tout ce qu’elle a pu endurer durant les trois dernières années.

Les fans se soulèvent

La série a réellement parlé à toute une génération puisque c’est grâce aux fans que Roswell a pu être renouvelée pour une troisième et dernière saison, malgré des audiences en berne. Ils se sont mobilisés pour envoyer au producteur Jason Katims des milliers de lettres et de bouteilles de tabasco. Il s’agit d’un judicieux clin d’œil, car la sauce piquante est le péché mignon de nos extraterrestres préférés, au point d’en asperger tous leurs plats. C’est d’ailleurs l’une des premières séries à faire l’objet d’un tel soulèvement de la part de fans, bien avant Veronica Mars.

Pour une fois, nous avons donc eu droit à une fin décente, un happy ending dans lequel nos héros partent de Roswell pour vivre ensemble et en sécurité. La série n’a été ni trop longue, ni trop courte et a été clôturée en beauté. C’est un phénomène tellement rare dans le monde sériel que cela mérite d’être souligné. Malheureusement pour elle, Roswell a vite subi une concurrence accrue en termes de teen drama de science-fiction avec l’arrivée de Smallville, Supernatural, Dark Angel, Kyle XY… mais elle peut se targuer d’avoir été l’une des pionnières du genre.

© The WB

Si elle n’était pas du niveau de Buffy, elle n’a pas à rougir non plus. Elle bénéficiait d’une écriture intelligente et de dialogues percutants, qui s'inscrivent dans la même veine que Dawson. Les personnages n’étaient pas des successions de clichés mais plutôt des êtres réfléchis et matures. Par ailleurs, la bande d’adolescents arrivait à se laisser aller en exprimant ses sentiments tout en restant très mystérieux les uns vis-à-vis des autres. Max fera d’ailleurs un discours émouvant sur l’acceptation de soi dans le tout dernier épisode, à l’occasion de la remise des diplômes, qui mettra un point final à la série avec une morale, peut-être naïve, mais pleine de bon sens.

S’accepter soi-même, accepter le regard des autres, ses origines et le chemin vers lequel on s’avance, une problématique qui perdure toujours dans les séries pour adolescents, en témoigne le succès de 13 Reasons Why. Ces problématiques existaient bien avant l’apparition des réseaux sociaux, ces derniers les mettant davantage en lumière en les exacerbant.

Roswell restera donc gravée dans la mémoire des préados et ados un peu à fleur de peau et aura lancé la carrière de quelques-uns de ses acteurs, comme Katherine Heigl, vue dans Grey’s Anatomy et une flopée de comédies romantiques. De son côté, Emilie de Ravin a joué par la suite des rôles plus sympathiques dans Lost et Once Upon A Time. Et depuis 2015, nous avons eu le plaisir de retrouver Shiri Appleby dans l’excellente série UnReal, qui dépeint les coulisses de la téléréalité. Pour les autres en revanche, c’est malheureusement le calme plat. Ils sont sûrement retournés sur la planète Antar.

Par Mégane Choquet, publié le 05/10/2017

Copié

Pour vous :