© Netflix

Avec sa pluie létale, The Rain s’impose comme un drame post-apocalyptique efficace

Que faire lorsque la goutte de pluie la plus microscopique peut causer votre mort ? Réponse avec The Rain, première fiction danoise de Netflix aux faux airs de The 100.

© Netflix

Une averse peut tremper entièrement vos meilleures fringues, ruiner le plus impeccable des brushings et, plus généralement, vous donner des allures de chien mouillé. Au fond, la pluie, personne n’aime vraiment ça (sauf quand on la regarde tomber à travers sa fenêtre, muni·e d’un plaid et une boisson chaude, of course). Pour le coup, les protagonistes de The Rain ont, eux, une véritable raison de détester ces gouttes tombées du ciel : dans la prochaine série originale de Netflix, la pluie peut littéralement tuer.

Publicité

Alors qu’elle vaque tranquillement à ses occupations, Simone, lycéenne brillante, se fait traîner de force par son père jusque dans un bunker à des kilomètres de Copenhague. Là-bas, avec sa mère et son frère cadet, Rasmus, elle comprend vite qu’ils sont en sécurité : à l’extérieur, une pluie toxique s’abat sur le pays et tous ceux qui rentrent en contact avec celle-ci décèdent presque instantanément. Suite à des complications et livrés à eux-mêmes après la disparition de leurs parents, Simone et Rasmus vont passer six années consécutives cachés dans ce refuge souterrain, mais le manque de ressources va les pousser à sortir et explorer la terre désertée qu’est devenu leur Danemark natal.

© Netflix

Avec un épisode inaugural XXL, rythmé, qui prend des airs de fiction catastrophe (Phénomènes et Le Jour d’après en tête de liste), The Rain annonce la couleur. Ici, pas de scènes d’action à tire-larigot, place à un drame post-apocalyptique essentiellement basé sur la notion de survie. Alors oui, on peut penser à Rick Grimes et ses potes de galère dans The Walking Dead. Des individus qui ne se connaissent pas, forcés de s’entraider et de vivre ensemble. Mais la comparaison s’arrête là.

Publicité

Plutôt que des zombies avides de chair fraîche, la menace vient de la nature en elle-même. À l’heure où l’idée de réchauffement climatique est encore sujette à débat, The Rain inverse la tendance en mettant l’homme aux prises avec un environnement qui lui est non seulement hostile, mais peut aussi lui être carrément fatal. C’est là que se fait tout naturellement la comparaison avec The 100 : de jeunes adultes, livrés à eux-mêmes dans des situations précaires, devant faire face à une nature imprévisible qui peut causer leur perte à tout moment.

Et à certains égards, la nouvelle série du géant de la SVOD se heurte aux mêmes travers que The 100 à ses débuts, avec des personnages dont la logique est un peu limitée. Simone, l’héroïne, risque de vous taper sur le système par sa naïveté, qui peut parfois frôler le ridicule. Les autres survivants, tous dans la vingtaine, ressemblent surtout à des stéréotypes sur pattes, étant donné qu’ils sont peu exploités dans les premiers épisodes. Le tir devrait être rectifié par la suite, on croise les doigts. En tout cas, tous les éléments sont là pour faire de The Rain une série de bonne facture.

© Netflix

Publicité

L’intrigue tient jusqu’ici la route, avec un fil rouge qui devrait réserver son lot de surprises. Dans l’ensemble, les comédiens se débrouillent bien et la barrière de la langue ne pose pas de véritable problème. Le gros plus demeure néanmoins les décors scandinaves de The Rain, des forêts gigantesques sublimées par une réalisation soignée. Outre une influence américaine marquée, la première fiction danoise de Netflix est un divertissement honnête et efficace.

Il faut également garder en tête le contexte dans lequel est née The Rain. La série détonne dans le paysage sériel nordique, se plaçant aux antipodes des thrillers néo-noirs et des drames esthétiquement froids et obsédés par les disparitions d’enfants. Si elle n’est pas exempte d’imperfections, The Rain est une prise de risque à elle seule et ouvrira la voie, on espère, à d’autres séries de genre.

Les 8 épisodes de The Rain seront disponibles à partir du 4 mai prochain sur Netflix à l’international. La série a également été proposée dans le cadre du festival Séries Mania.

Publicité

Par Florian Ques, publié le 30/04/2018

Copié

Pour vous :